Une usine de masques chirurgicaux en Wallonie dès la fin mai

(Isopix)

Le gouvernement wallon a choisi la société Deltrian, basée à Fleurus, pour établir une ligne de production de masques chirurgicaux en Wallonie. Une filière de décontamination de masques sera également mise en place.

Suite aux grandes difficultés d’approvisionnement en masques chirurgicaux sur le marché international, provoquées par la crise du coronavirus, le gouvernement de Wallonie a mis en place une taskforce destinée à trouver une solution rapide et locale.

Après examen, la société Deltrian a été choisie pour apporter une solution opérationnelle, et ce dès la fin mai, annonce le cabinet du ministre wallon de l’Economie Willy Borsus. ‘La solution repose sur l’implémentation de deux lignes de production (30 millions d’unités/an) et d’emballage totalement automatisées dans un environnement pur, ainsi que les infrastructures nécessaires pour les matières premières et le stockage des produits finis’, explique-t-il ce mardi soir dans un communiqué.

Le cabinet précise encore que pour mettre en place cette filière, le gouvernement a créé avec Deltrian une entité juridique, Newco, dont il détient 49% des parts.

Décontamination

Par ailleurs, une filière de décontamination des masques chirurgicaux et de protection respiratoire (FFP2/3) usagés sera également mise sur pied prochainement. Le CHU de Liège, les entreprises Sterigenics, AMB Ecosteryl et Lasea, ainsi que les centres de recherches Materia Nova et CentexBel ont d’ores et déjà procédé à des essais techniques.

L’Université de Gand, à la pointe en matière de virologie, et le spécialiste de la décontamination ‘Molecular Plasma Group’ sont également impliqués dans le projet.

Le protocole sera soumis ce mercredi à l’Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé (AFMPS) pour validation. Le processus de décontamination pourrait être opérationnel dans trois semaines, sous réserve d’une décision rapide de l’AFMPS.

‘Il est vital pour la Wallonie de pouvoir être autonome dans des domaines aussi essentiels pour la santé et ce, pendant et après la crise. Avec ces deux orientations, nous voulons, avec nos institutions, nos chercheurs et nos entreprises, être aux côtés de toutes celles et ceux qui, chaque jour, combattent la maladie’, conclut le gouvernement wallon.