‘Un chien de garde britannique contre les géants de la tech est en préparation’

Isopix

En 2020, le gouvernement britannique travaillera sur un régulateur qui veut maintenir au pas des entreprises comme Facebook ou Google. Après le Brexit, ce ‘chien de garde’ doit reprendre le travail de la Commission européenne.

C’est ce que le Financial Times a écrit ce mardi sur la base de sources gouvernementales. Le journal économique britannique fait également référence aux recherches de Jason Furman. Cet Américain était économiste en chef sous l’ancien président Barack Obama et a enquêté sur ‘l’émergence de sociétés puissantes dans le secteur de la technologie’. Il en conclut qu’un régulateur spécifique est nécessaire pour ces monstres économiques.

‘Google et Facebook trop grands’

Et la Competition and Markets Authority (CMA) du Royaume-Uni est du même avis. Ce régulateur de la concurrence britannique émet ses préoccupations autour de Google et Facebook, qui sont si grands et ont tellement de données que leurs rivaux potentiels ne peuvent plus rivaliser’.

Par exemple, en 2018, Google a attiré plus de 90 % du total des revenus des publicités via son moteur de recherche. On parle quand même de plus de 7 milliards d’euros. Et en attendant, Facebook a commencé à fonctionner avec plus de la moitié des publicités graphiques, soit 2,3 milliards d’euros.

Pas de boîte vide

Le gouvernement doit toutefois éviter que ce nouveau régulateur ne devienne une boîte vide, selon les chercheurs. ‘L’institution doit disposer de ressources suffisantes et d’une expertise numérique et compétitive suffisante’, dit-il.

Plus globalement, les gouvernements du monde entier prennent des mesures contre les grandes entreprises technologiques. Il y a des appels à limiter leur pouvoir, ils prennent des mesures pour protéger la vie privée des citoyens, et les grandes entreprises technologiques reçoivent également un vent de face. Les plans de l’OCDE pour une taxe digitale, également au Royaume-Uni, en sont un signe.