Un archipel de 50.000 habitants comme champ de bataille de la guerre commerciale autour de Huawei

Les îles Féroé sont prises entre le marteau chinois et l’enclume des États-Unis. Le pays est devenu le terrain de jeu de la guerre commerciale entre les deux hyperpuissances. L’enjeu? La technologie 5G, encore une fois.

L’archipel des îles Féroé est composé de 18 îles situées dans l’océan Atlantique Nord, au beau milieu du triangle que forment l’Écosse, la Norvège et l’Islande. Les 50.000 habitants y forment une province autonome du Royaume du Danemark. Mais elle ne fait pas partie de l’Union européenne. Bref, a priori insignifiante pour la géopolitique internationale. Pas vraiment: à proximité de l’Arctique, la province est une position militaire stratégique très particulière.

Huawei, toujours Hauwei

Les îles Féroé cherchent en fait un partenaire extérieur pour son réseau 5G. Et comme c’est le cas pour la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la Pologne et d’autres pays européens, les États-Unis veulent empêcher le chinois Huawei d’en profiter. Washington exerce une pression intense en ce sens depuis bientôt un an.

Selon Carla Sands, ambassadrice américaine au Danemark, les îles Féroé seraient condamnées ‘à travailler selon les règles communistes chinoises’ si elles attribuaient le contrat à Huawei. Sands accuse le responsable de Huawei pour cette région de ‘travailler pour les communistes chinois’. Où ils ‘exporteraient l’espionnage, la corruption et les pots-de-vin’.

La Chine, partenaire commercial prometteur

L’archipel des Îles Féroé est dans une situation compliquée. La province risque de perdre avec la Chine l’un de ses partenaires commerciaux les plus prometteurs. L’archipel vit en grande partie de la pêche et de la pisciculture. Plus de 90 pour cent des exportations se composent de maquereau, de hareng, de morue et de saumon.

Et cette dernière espèce de poisson en particulier devient de plus en plus populaire en Chine. Elle représente déjà 7% de toutes les exportations des îles Féroé. L’archipel a même ouvert un bureau à Pékin au début de cette année pour promouvoir le commerce. Au total, les exportations des îles Féroé devraient atteindre cette année 550 millions de dollars. Cela représente environ 190 millions de dollars de plus qu’il y a dix ans.

Lire aussi : Huawei inquiète la Commission européenne dans le développement de la 5G

‘La Chine n’est pas seulement un client, c’est une nécessité’

‘La Chine n’est pas seulement un bon client, c’est une nécessité’, a déclaré Martin Breum, un spécialiste de l’Arctique qui a écrit sur les îles Féroé. Les îles Féroé n’ont en effet qu’une seule matière première: le poisson.

Ces derniers sont partagés. Même si certains préfèrent les États-Unis à la Chine, ils s’insurgent contre l’ingérence des officiels américains, et soulignent que Huawei a contribué à la réalisation du réseau 4G existant.