Les marchés:
Markten inladen...

JEUDI 06 AOûT

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

Un acteur international majeur s’intéresse à Brantano

Logo Business AM
Business

31/07/2020 | Ruben Van Lent | 3 min de lecture

FNG (Brantano). - Isopix

Brantano suscite de l’intérêt à l’international. Un ‘poids lourd du secteur’, dont le nom n’a pas été communiqué, envisagerait la reprise de 40 à 50 magasins encore très rentables, a fait savoir ce vendredi Gunther De Backer, porte-parole de FNG, maison-mère de l’enseigne spécialisée dans la chaussure.

FNG a déposé le bilan jeudi. Après des mois de revers, les banques ont finalement décidé de dire ‘stop’ et le groupe de mode belge ne pouvait plus continuer.

Lundi, un curateur sera nommé. Il devra mettre un prix sur toutes les marques et collections du groupe et tenter de les vendre morceau par morceau. ‘Plusieurs parties sont déjà intéressées’, a déclaré Gunther De Backer. ‘Un groupe d’industriels flamands, mais aussi un poids lourd international du secteur. Il s’agit d’un acteur qui pourrait faire peur au marché belge’. L’intérêt se manifeste surtout pour les quelque 50 magasins Brantano qui sont encore très rentables.

Dieter Penninckx

Jeudi, De Standaard annonçait que l’ex-CEO, Dieter Penninckx, avait réuni un groupe d’entrepreneurs afin de reprendre FNG, ou en tous cas une partie du groupe. Penninckx n’a pas souhaité répondre à ces rumeurs. D’autres grands noms, comme celui de Wouter Torfs, ont nié être impliqués dans un tel projet.

Fin 2019, FNG croulait sous une montagne de dettes de 734 millions d’euros et accusait une perte de près de 300 millions d’euros. Mais Brantano est l’une des filiales les plus rentables du groupe. Les syndicats ont déjà fait part dans le passé de leur espoir de voir Brantano être sauvé en cas de faillite.

Si Brantano a également déposé le bilan, c’est surtout parce que les banques l’ont exigé. ‘Elles voulaient qu’un curateur mette un prix sur toutes les branches avant qu’elles ne soient vendues. Si les banques avaient un tant soit peu coopéré, nous n’aurions pas dû en arriver jusqu’à la faillite’, a encore déploré Gunther De Backer.

Source: BusinessAM


Pour aller plus loin...


Logo Business AM

Business AM | Stocks