Trump interdit 8 applications de paiement chinoises dont Alipay et WeChat Pay

AP Photo/Kin Cheung

Le président Donald Trump a signé mardi un décret interdisant les transactions vers 8 applications chinoises. Alipay de Ant Group, sous le feu des critiques depuis un certain temps, est sur la liste.

Cela fait maintenant plusieurs mois que Trump fait la guerre aux applications chinoises, car il craint que le gouvernement chinois puisse accéder aux données sensibles des Américains par cet intermédiaire. Il a par exemple mis sur liste noire l’entreprise technologique Huawei, empêchant toute entreprise américaine de faire affaire avec elle. Il a également tenté d’interdire les applications TikTok et WeChat des États-Unis.

Toutefois, il n’a pas réussi à interdire l’utilisation de ces médias sociaux. Le tribunal considère que supprimer ces applications serait une atteinte à la liberté d’expression. Un tel problème n’existe pas avec les applications financières. Selon le gouvernement américain, un achat effectué par un Américain permet aux plateformes de récupérer un bon nombre de leurs données.

Donald Trump a donc déclaré dans son décret qu’il fallait prendre des ‘mesures agressives’ contre les applications chinoises pour protéger la sécurité nationale.

Ant Group

Le ministère du Commerce dispose désormais de 45 jours pour décider quels types de transactions seront interdites sur les 8 applications. Dans la liste, on retrouve, entre autres, deux applications de Tencent – QQ Wallet et WeChat Pay – et celle d’Alibaba, Alipay.

Alipay est une application d’Ant Group, une filiale d’Alibaba. L’entreprise financière devait entrer en Bourse en 2020, mais le gouvernement chinois a décidé de reporter cette introduction. Dans le même temps, la Banque centrale chinoise a demandé à la firme de se restructurer et de céder presque toutes ses activités rentables. Pour couronner le tout, le président d’Alibaba, Jack Ma, se fait tellement discret depuis plusieurs mois que beaucoup pensaient qu’il avait disparu.

Du côté de Tencent, ce groupe possède l’application WeChat et possède des intérêts dans différentes sociétés, comme Epic Games, le créateur du jeu à succès, Fortnite.

Bourse

Le décret intervient une semaine avant que les investissements dans les sociétés liées à l’armée chinoise ne soient officiellement interdits. Lundi, l’opérateur boursier américain NYSE avait supprimé trois entreprises de télécommunications chinoises du marché. Mais mardi, il était déjà revenu sur ses pas ‘après consultation des autorités’.

Tout cela prouve qu’il existe une certaine nervosité et de nombreuses incertitudes sur les politiques à adopter face à la Chine pendant cette période de transition entre les deux présidents. Dans deux semaines, Joe Biden entrera à la Maison Blanche. Bien malin celui qui pourra prédire sa politique vis-à-vis de la Chine.