Car wars : Trump se prépare à une confrontation avec la Chine

Les Etats-Unis se préparent à une confrontation sur le marché automobile chinois, rapporte le site Axios. Le président américain Donald Trump estime que la Chine se livre à des pratiques de concurrence déloyale, en particulier dans le secteur de la construction automobile. Cette situation pourrait sérieusement entamer les relations entre les deux puissances.Le site liste quelques unes des pierres d’achoppement :Quand les constructeurs automobiles américains exportent des voitures à la Chine, ils doivent payer 25 % de droits de douane. Cela explique pourquoi 96 % des 27,5 millions de voitures qui ont été vendues en Chine l’année dernière, avaient été fabriquées dans des usines chinoises.Lorsque les constructeurs automobiles américains – tels que General Motors – envisagent d’installer une usine en Chine, ils sont obligés de former une joint-venture avec un producteur local. A loi chinoise oblige aussi ce partenaire chinois à détenir au moins 50 % des parts du consortium.En revanche, les constructeurs étrangers qui souhaitent exporter des véhicules aux États-Unis ne paient que 2,5 % de droits de douane. En outre, les firmes étrangères peuvent installer leurs usines aux Etats-Unis et en conserver la pleine propriété.Un marché lucratif« Les entreprises américaines ont accepté les règles chinoises contraignantes, parce qu’elles étaient compensées par la lucrativité du marché chinois.Néanmoins, pour l’administration Trump, cette situation est inacceptable.

Les constructeurs chinois s’intéressent de plus en plus au marché américain

Pour le moment, les Chinois exportent peu de voitures aux Etats-Unis, mais cette situation évolue rapidement, et Trump dispose donc d’une certaine marge de manoeuvre pour obtenir des concessions. Dans son ouvrage “American Wheels, Chinese Roads”, Michael Dunne, un expert du marché automobile chinois, préconise 3 approches que le gouvernement devrait adopter pour réglementer l’entrée du marché automobile américain aux Chinois :

  • Ils doivent investir dans des usines aux Etats-Unis ;
  • Le gouvernement américain doit autoriser que les constructeurs chinois disposent de la pleine propriété de leurs usines, à condition que les constructeurs américains puissent eux-même posséder intégralement les usines qu’ils installent en Chine. Dans le cas contraire, il faut imposer les mêmes règles aux Chinois que celles que les constructeurs américains subissent en Chine.
  • Enfin, les bénéfices provenant de ces activités devraient également rester aux États-Unis et ne pouvaient être rapatriés en Chine avec l’approbation du gouvernement américain.