Transition énergétique : quand il n’y a pas de vent, le charbon s’avère être la solution la plus simple

La Grande-Bretagne est considérée comme un pionnier de la transition énergétique. L’élimination progressive du charbon est pratiquement terminée. Aujourd’hui, moins de 2 % de l’électricité de l’île est encore produite à partir du coke. D’ici 2035, les autres combustibles fossiles seront également éliminés progressivement du mix électrique. Le Premier ministre Boris Johnson souhaite mettre l’accent sur le gaz et l’énergie éolienne. « La Grande-Bretagne doit devenir ‘l’Arabie saoudite de l’énergie éolienne’« , a-t-il déclaré à plusieurs reprises.

Mais voilà le hic : une accalmie et des prix élevés du gaz rendent possible un retour du charbon. Alors que 13,396 mégawatts d’électricité ont été produits à partir de l’énergie éolienne mardi dernier, seuls 4,416 mégawatts ont été produits lundi. Pour combler le déficit, le fournisseur d’électricité Uniper a mis en service une autre unité de sa centrale au charbon de Ratcliffe. La Grande-Bretagne n’est pas la seule à avoir ce problème. En début de semaine, le magazine Foreign Policy a rapporté que « dans tous les pays qui ont fermé des centrales (nucléaires), l’énergie nucléaire a été remplacée par de l' »énergie sale » ». Par exemple, 35 % de la consommation d’électricité allemande provenait du charbon lundi, avec un bilan moyen de 370 grammes de CO2 par kWh produit. La France – où 70 % de l’électricité est produite par l’énergie nucléaire – a atteint 73 grammes, soit 5 fois moins.

Electritcity Map

Le charbon est considéré comme un fournisseur d’énergie sûr

La raison du recours au charbon en cas de panne de l’énergie éolienne ou solaire est évidente : l’hiver approche et les centrales au charbon sont considérées comme un fournisseur d’énergie sûr. Bien que les prix du charbon augmentent également, ils restent incomparables à ceux du gaz naturel. Pour éviter d’avoir les pieds froids, les vieilles centrales au charbon sont désormais adaptées pour l’hiver à venir.

Cette évolution semble devenir la règle plutôt que l’exception. En Allemagne, les centrales au charbon ont supplanté l’énergie éolienne au cours du premier semestre de cette année, malgré l’abandon progressif annoncé du charbon. Aux États-Unis également, les experts s’attendent à une augmentation de 20 % des émissions de CO2 dues au charbon. Globalement, depuis la signature de l’accord de Paris sur le climat en 2015, la capacité installée des centrales électriques au charbon dans le monde a augmenté de 157 gigawatts. À titre de comparaison, ce chiffre équivaut à la production d’électricité à partir du charbon de l’Allemagne, de la Russie, du Japon et de la Turquie réunis.

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20