Tesla veut supprimer 10.000 postes… mais continue d’engager en Chine

A peine une semaine après avoir annoncé la suppression de 10.000 postes, un événement de recrutement est organisé par Tesla en Chine, et de nouvelles offres d’emploi ont été publiées.

« J’ai un super mauvais pressentiment pour l’économie », entonnait Elon Musk pas plus tard que vendredi passé. Un pressentiment de la récession qui motive la suppression de 10.000 postes au sein de Tesla. L’objet de l’email dans lequel Musk s’exprimait indiquait même qu’il fallait « suspendre les embauches partout dans le monde ».

Mais par contraste à cette annonce, en Chine, Tesla continue d’embaucher. Ce jeudi, un événement de recrutement en ligne a lieu, pour embaucher au niveau de la « manufacture smart », révèle Reuters. Et ce n’est pas tout : ce jeudi également, 24 nouveaux postes à pourvoir sont apparus sur le compte WeChat de la marque de véhicules électriques. Ils s’ajoutent à 200 autres postes, pour managers comme pour ingénieurs, encore affichés comme à pourvoir.

Tesla et la Chine

Ces événements de recrutement ont lieu régulièrement, rappelle Reuters. Une telle campagne était récemment organisée pour recruter des stagiaires. Mais que l’événement, et les nouvelles offres d’emploi postées, aient lieu si peu de temps après l’annonce de Musk de vouloir se séparer de 10.000 personnes, soit 10% du nombre total des employés de Tesla dans le monde, et de suspendre les recrutements, peut tout de même paraître contradictoire, même si depuis vendredi dernier Musk essaie de minimiser ses propos et les chiffres avancés.

Musk n’a pas indiqué dans quel pays et à quel niveau de la production ces postes seraient supprimés. Mais malgré les confinements récents, la Chine est importante pour Tesla. La marque y tient également une de ses gigafactories. L’usine a en produit plus de la moitié des véhicules de la marque en 2021, et des plans d’expansion ont déjà été annoncés.

Les revenus de Tesla en Chine ont plus de doublé en 2021 (par rapport à 2020). La Chine représente également un quart des revenus totaux de la société. En mai, Musk avait également comparé les travailleurs chinois et les travailleurs américains, indiquant que les travailleurs américains essaient d’éviter de se rendre au travail.

En tout cas, si Musk supprimait de nombreux emplois en Chine, il serait très mal vu par les autorités chinoises, surtout que depuis les collisions de satellites de SpaceX avec la station spatiale chinoise, évitées de justesse, la situation entre l’homme le plus riche de la Terre et le pays communiste est tendue. Si Musk supprimait de nombreux postes aux États-Unis, tout en augmentant le nombre d’employés en Chine, il serait visé par des plaintes d’antidumping aux États-Unis. Entre lui et Biden, les relations ne sont pas au plus beau fixe non plus.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20