Pourquoi Tesla souhaite la suppression des subventions sur les véhicules électriques

Le capitalisme de copinage
La Tesla Model 3, le premier véhicule électrique (EV) qui se concentre sur le marché de masse, est arrivée sur le marché à la fin du mois dernier. Les journalistes ont immédiatement témoigné leur enthousiasme. Le CEO et fondateur de Tesla, Elon Musk a annoncé lors de la présentation que l’entreprise avait déjà reçu 500 000 commandes. De bonnes nouvelles pour lui, mais peut- être le moment est-il venu de retirer ses mains des poches des contribuables, écrit Jenny Beth Martin dans un article d’opinion.

© SpaceX

« Musk est, c’est évident, un homme qui a beaucoup d’idées : Voyage privé, voyage spatial commercial ? C’est fait. Washington /New York en moins d’une demi-heure dans ce qu’il appelle un « hyperloop », un train qui parcourra 1300 km/ heure ? C’est fait. Une nouvelle conception pour l’infrastructure des tunnels ? C’est fait. L’énergie solaire ? C’est fait. Les voitures électriques ? C’est fait, tout est fait.

Mais aussi large que soit l’éventail de ces initiatives entrepreneuriales, elles ont toutes une chose en commun : aucun d’entre elle n’aurait pu recueillir de capitaux sur un marché de capitaux compétitif, s’il n’y avait eu d’énormes (et je dis bien énormes) subventions gouvernementales financées par le contribuable.

Une étude publiée il y a deux ans par le Los Angeles Times a révélé que rien que pour 3 de ses initiatives (SolarCity Corp. , qui fabriquait et installait des systèmes d’énergie solaire avant sa fusion de 2016 avec Tesla Motors Inc., Tesla Motors Inc., qui construit des véhicules électriques, et Space Exploration Technologies Corp., connue sous le nom de SpaceX, qui construit des fusées et des vaisseaux spatiaux), Musk avait reçu 4,9 milliards de dollars de subventions à ce moment-là. A aujourd’hui, les différentes entreprises de Musk ont aspiré bien plus de 5 milliards de dollars des coffres du gouvernement.

Mais accorder littéralement des milliards de dollars de subventions du gouvernement aux firmes de Musk n’est pas le pire de l’histoire. Non, cet honneur est réservé à ce petit bijou : le gouvernement fédéral offre une remise de 7 500 dollars sur le prix d’achat pour inciter les acheteurs à dépenser leur argent sur une voiture électrique. [Ce que l’auteur ne mentionne pas ici, c’est que cette offre n’était réservée qu’aux premiers 200 000 véhicules vendus, ndlr]. Certains États améliorent même ce rabais avec une prime supplémentaire. En Californie, par exemple, les acheteurs de voitures électriques peuvent obtenir 2 500 dollars de remise supplémentaire.

Elon Musk

Il y a un terme pour cela : on parle de capitalisme de copinage. Et ça pue.

Le capitalisme de copinage est fondé sur le fait que le gouvernement désigne les gagnants et les perdants. Il ne tient qu’au gouvernement d’accorder des ressources disponibles à une entreprise favorisée, de même que de refuser ce soutien aux entreprises défavorisées. (…)

Ainsi, ceux qui peuvent gagner les faveurs des décideurs les plus importants du gouvernement trouvent une nouvelle source de financement, contrairement à ceux qui ne peuvent s’attirer leurs bonnes grâces. (…)

Voici la question que j’entends quand je parle à des amis en Géorgie qui me demandent de leur expliquer le fonctionnement de Washington :

+Pourquoi certains des ces gars de Washington devraient-ils prendre l’argent si durement gagné de mes impôts et l’utiliser pour abaisser le prix d’une voiture électrique au bénéfice des stars d’Hollywood ?+

C’est une bonne question. Etant donné que le revenu moyen d’un ménage possesseur d’une Tesla Model X est de 503 000 $, que le revenu moyen d’un ménage propriétaire d’un modèle Tesla S est de 267 000 $, et que le revenu moyen d’un foyer possesseur d’une Tesla Model 3 sera probablement également un montant à 6 chiffres, c’est une question à laquelle il n’est pas simple de répondre.

Spencer Platt/Getty Images/AFP

Si Leonardo DiCaprio – qui réclame 20 millions de dollars par film (et il n’y a rien de mal à ça, si les studios d’Hollywood pensent qu’il vaut cet investissement) – veut acheter une voiture électrique Tesla, c’est très bien. Mais il n’a probablement pas besoin de prendre l’argent des poches des personnes de la classe moyenne pour le faire. Il peut se le permettre sans aide.

C’est donc pourquoi j’espère que la Model 3 de Tesla sera un énooooorme succès. J’espère qu’Elon Musk en vendra assez pour réaliser un bénéfice par lui-même, et qu’il n’aura plus besoin de plonger ses mains aussi profondément dans nos portefeuilles. […]Président Trump, est-ce que vous m’avez entendue ? »

Qu’en dit Musk ?

Musk lui-même a depuis longtemps demandé la suppression des subventions pour les voitures électriques. Selon lui, Tesla a beaucoup de succès en dépit des subventions et non grâce à ces subventions. Son raisonnement est le suivant :

« Au cours des années, il y a eu toutes sortes d’articles irritants, comme ceux qui affirment que Tesla ne survit que parce qu’elle bénéficie de subventions, et de crédits d’impôts. Ça me rend dingue. Voici ce que ces idiots ne comprennent pas. Tesla n’est pas seule dans l’industrie automobile, de sorte que tous ces arguments ne pourraient tenir que si nous étions le seul constructeur sur le marché. Ce n’est pas le cas. Il y en a beaucoup d’autres. Ce qui compte, c’est de savoir si nous avons un avantage relatif sur le marché ».

Selon Musk, ses concurrents empochent plus de subventions que Tesla elle-même, et il préférerait que ces subventions soient supprimées, parce que « L’avantage concurrentiel (comment une marque est perçue par les clients potentiels) de Tesla augmenterait si ces incitations étaient supprimées. C’est encore quelque chose qui n’est pas bien compris».

Plus
My following

ABE : les banques européennes en meilleure forme

03/12/2021 18:03

(ABM FN) Les plus grandes banques européennes ont vu leur solvabilité, leur rentabilité et leurs liquidités augmenter. C'est ce qu'a révélé vendredi le dernier exercice de transparence de l'autorité bancaire européenne EBA.

À la fin du deuxième trimestre, le ratio CET 1 des 120 banques participantes s'élevait à 15,8 pour cent. C'est 0,8 point de pourcentage de plus qu'à la mi-2020. A pleine charge, le ratio est passé de 14,7 à 15,5 pour cent.

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20