Tesla isole des milliers d’employés chinois dans un ancien camp militaire et une usine vide

Tesla garderait des milliers d’employés chinois en isolement dans un ancien camp militaire et plusieurs usines vides. Le constructeur automobile fait cela pour s’assurer qu’ils ne sont pas contaminés par le Covid-19, selon une enquête de Bloomberg.

Le constructeur de voitures électriques Tesla semble de plus en plus désespéré de remettre sa production sur les rails, alors que la Chine tente de supprimer tout nouveau cas de Covid. Fin mars, l’usine du constructeur à Shanghai a été fermée pendant trois semaines, ce qui a constitué un revers majeur pour la production, qui n’a toujours pas retrouvé son niveau antérieur. À pleine capacité, l’usine peut normalement produire environ 2.100 voitures par jour.

Travailler dans les limites des confinements en Chine demande un investissement important de la part des ouvriers de l’usine. Le mois dernier, des informations ont fait surface selon lesquelles l’usine de Shanghai avait créé un « système en circuit fermé », les travailleurs étant contraints de dormir sur le sol de l’usine dans un sac de couchage tout en travaillant six jours par semaine, 12 heures par jour. Le manque d’espace dans l’usine a également obligé les travailleurs des équipes de jour et de nuit à partager des sacs de couchage, ont indiqué des sources anonymes à Bloomberg.

Ancien camp militaire

Avant que les travailleurs ne soient autorisés à entrer dans l’usine, ils doivent être isolés pendant 48 à 72 heures, selon Bloomberg. L’isolement a lieu dans des usines vides et un ancien camp militaire. Ce n’est qu’après leur isolement qu’ils sont autorisés à rejoindre leurs collègues dans la « bulle » fermée de l’usine de Shanghai.

Les bulles fermées ont été présentées par les responsables chinois comme un moyen pour l’industrie de se remettre sur pied. Mais le tribut payé par le personnel est considérable, les travailleurs étant constamment testés pour le coronavirus et vivant séparés de leurs familles, coupés de la société chinoise.

Il n’est pas rare que les entreprises manufacturières chinoises disposent de logements sur place pour les travailleurs. En 2013, Insider a rapporté que des ouvriers chinois assemblant les iPhone d’Apple vivaient dans des dortoirs d’usine. Aujourd’hui, les travailleurs seraient contraints encore de travailler 12 heures par jour, le plus souvent debout, pour assembler les iPhone SE bon marché d’Apple.

Selon Insider, les travailleurs de l’usine devraient assembler 90 boîtiers de smartphones par heure. S’ils prennent du retard, ils doivent compenser la différence par des heures supplémentaires non rémunérées.

(CP)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20