Singapour est la nouvelle Hong Kong

Singapour est devenue la destination favorite des super-riches chinois. Jusqu’à présent, ils lui préféraient Hong Kong pour le placement de leurs actifs, mais le contrôle exercé par les autorités chinoises et la menace qui en découle se seraient intensifiés, rapporte Bloomberg.

Et ce n’est pas une question anodine pour les banques des deux métropoles. La super-élite chinoise est à la tête d’une fortune cumulée de 5.800 milliards de dollars (environ 4.650 milliards d’euros). Selon le consultant Capgemini, près de la moitié de ce butin a déjà été transféré hors de Chine. Plusieurs banquiers spécialistes de la gestion de fortune de Singapour ont confirmé à l’agence de presse qu’ils avaient constaté une augmentation des capitaux transférés provenant de Hong Kong.

Transparence

L’année dernière, Hong Kong a signé pour la première fois un accord de transparence fiscale avec 75 pays et territoires. Dorénavant, les informations concernant les détenteurs de comptes bancaires à Hong Kong pourront être communiquées aux autorités des pays signataires. Or, la Chine en fait partie.

De son côté, Singapour a signé un accord de transparence similaire avec 61 juridictions, mais les signataires n’incluaient ni la Chine, ni Hong Kong. Pour beaucoup Chinois super-riches, Hong Kong fait encore partie de la Chine, et leurs actifs n’y sont pas plus en sécurité qu’ils ne le seraient s’ils étaient placés en Chine.

Les données personnelles

Ce sentiment est sans doute exacerbé par le fait que les banques chinoises de Hong Kong coordonnent de plus en plus souvent leurs procédures internes avec celles de leur maison-mère en Chine pour améliorer leur efficacité. Mais cela implique que les données personnelles des clients des agences Hongkongaises seront aussi plus accessibles pour les autorités chinoises qui pourront surveiller les transactions.

La Zurich asiatique

Toutefois, Hong Kong demeure encore la destination extraterritoriale favorite pour les capitaux chinois, suivie par Singapour et New York, indique une étude de Capgemini. Mais sa domination est menacée. La proportion des Chinois fortunés qui préfèrent placer leur argent à Hong Kong ne représente plus que 53%, contre 71% en 2016, indique une enquête menée par Bain & Co. Au cours de la  même période, Singapour est devenue la place financière favorite de 20 % d’entre eux, gagnant 5 points de pourcentage.

« Singapour est la Zurich de l’Orient » affirme Xiao Xiao, CEO de la firme de gestion de fortune pékinoise Fortunes Capital. Singapour gère actuellement des actifs d’environ 1,9 billion de dollars (environ 1500 milliards d’euros) américains. Près de 78 % des 1900 milliards de dollars placés sous mandat de gestion proviennent de l’étranger. 

Les banques d’investissement Morgan Stanley et JPMorgan Chase, entre autres, l’ont bien compris, qui étoffent leurs équipes dans leurs filiales singapouriennes.

La Chine resserre son emprise sur Hong Kong

La Chine renforce son emprise sur Hong Kong depuis plusieurs années maintenant. L’année dernière, un financier chinois a été arrêté par la police chinoise alors qu’il séjournait dans un hôtel hongkongais. Un certain nombre de produits d’assurance, qui étaient considérés comme des investissements, ont été interdits à la vente car ils offraient un moyen de faire sortir les capitaux du pays tout en se soustrayant aux contrôles de capitaux. .

En conséquence, la collecte des capitaux s’affaiblit. Le montant des actifs gérés a crû de 10,7 %, en 2016, mais l’année précédente, il avait encore connu une augmentation de 18 %.