Si la BCE libère autant d’euros, pourquoi les prix n’augmentent-ils pas?

Esma Cakir/dpa

La BCE a libéré des milliers de milliards d’euros ces dernières années et poursuit depuis des années une politique de taux d’intérêt bas ou négatifs parce qu’il y a trop peu d’inflation. Elle inonde le marché d’argent bon marché dans l’espoir de stimuler la consommation et de faire grimper l’inflation. Cela ne s’est pratiquement pas produit depuis sept ans, voire pas du tout. Pourquoi?

Dans 13 des 19 pays de la zone euro – dont l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie – le niveau général des prix a baissé en août, ce qui signifie que la vie quotidienne est devenue moins chère. Pour la première fois depuis mai 2016, l’inflation a été négative, également connue sous le nom de déflation. Dans l’intervalle, cela fait 24 mois que l’inflation dans la zone euro a atteint l’objectif de 2 %.

La réduction de l’inflation a longtemps été la principale préoccupation des Banques centrales. Mais depuis des années, l’inflation est inférieure à l’objectif fixé dans toutes les grandes économies. Même à long terme, les attentes n’ont jamais été aussi faibles.

L’une des questions posées est de savoir pourquoi, alors que l’on produit tant d’argent (voir la ligne blanche dans le graphique ci-dessous) – et que l’on dilue ainsi la valeur intrinsèque de la monnaie – il n’y a plus d’inflation. En d’autres termes: ‘pourquoi les prix n’augmentent-ils pas? Il y a deux réponses à cette question:

1. La crise sanitaire est une ‘crise de la demande’

Malgré la disponibilité croissante d’argent au taux bas, cela n’a pas stimulé la demande de biens et des services. La crise est donc une crise de la demande. Il n’y a pas de pénurie ou de manque de biens et de services, mais les gens achètent simplement moins. Non pas parce qu’ils ont moins de revenus, mais surtout parce qu’il y a une incertitude quant au travail et aux revenus futurs. Preuve en est, des sommes d’argent de plus en plus importantes disparaissent des livrets d’épargne (voir graphique ci-dessous). Nous avons plus d’argent, mais nous ne le dépensons pas. Outre les prix des biens et des services, tout cela fait également baisser le chiffre d’affaires et les bénéfices des entreprises.

2. L’inflation se concentre exclusivement dans l’immobilier et les actions

La majeure partie des euros imprimés a tendance à disparaître dans l’achat de biens immobiliers et d’actions (voir graphique ci-dessous). Lorsque l’augmentation du pouvoir d’achat des ménages (la valeur accrue de leurs actifs grâce à la création d’argent) entraîne une demande accrue de biens et de services, les prix augmentent inévitablement. Mais nous nous retrouvons maintenant dans une situation où ce n’est pas le cas. L’augmentation de leur pouvoir d’achat n’a pas créé une situation où la demande de biens et de services dépasse leur offre.

Conclusion:

Les deux conditions mentionnées ci-dessus signifient que le lien entre la production de  la monnaie et la hausse automatique des prix, due à une augmentation de la demande, n’est plus valable. Par conséquent, l’inflation reste faible.