Serait-ce le début de la fin de l’ère Apple?

Plus de 11 ans après l’introduction de l’iPhone, un appareil qui a changé le monde, Apple continue de rechercher la prochaine innovation. Personne ne sait ce que ce sera.

L’action d’Apple a de nouveau reculé de 10 % jeudi après que l’on a appris que la société vendait moins d’iPhone que prévu en Chine. Apple a maintenant une valeur inférieure à sa cote record d’octobre 2018 de 452 milliards de dollars. Cela correspond à une diminution de 40 %. La dépréciation est supérieure à la valeur individuelle de 496 sociétés des 500 incluses dans l’indice boursier S & P 500, y compris Facebook.

Les problèmes d’Apple vont bien plus loin que la Chine

La veille, le CEO de la firme, Tim Cook, avait imputé l’avertissement de ventes décevantes à la vigueur du dollar, mais surtout au ralentissement économique en Chine. Une excuse acceptable pour beaucoup, maintenant que la tension entre Washington et Beijing continue de monter. Mais les analystes ont souligné qu’Apple avait des problèmes qui allaient bien au delà de la Chine.

  • En Chine même, la concurrence – songez à Huawei – commercialise des modèles qui peuvent facilement concurrencer l’iPhone, mais qui ne coûtent qu’une fraction du prix d’un iPhone.
  • Apple a également de plus en plus de difficultés en dehors de la Chine. C’est ce qui ressort d’une analyse des chiffres de ventes en Inde, le plus grand marché potentiel du monde, où Apple ne détient même pas 1 % de part de marché. L’Inde a maintenant – après la Chine – le plus grand marché Internet au monde. D’autre part, il convient de noter que le taux de pénétration de ces appareils en Inde n’est encore que d’environ 30 %. La marge de croissance est particulièrement importante.
  • Au début de 2018, l’écosystème iOS d’Apple a perdu des parts de marché aux États-Unis et au Japon. On a constaté le même phénomène sur les quatre plus grands marchés d’Europe – la Grande-Bretagne, la France, l’Italie et l’Espagne. 

  • Aux États-Unis également, on constate une baisse des ventes d’iPhone, simplement parce que ceux qui en possèdent déjà un les conservent un peu plus longtemps, en raison du flux apparemment infini de mises à jour. Un iPhone au prix de 1 000 euros  fait douter des gens, surtout maintenant que la peur d’une nouvelle récession a fait son apparition. De plus, une batterie cassée ne constitue plus une bonne raison pour remplacer son iPhone. On préfère maintenant remplacer simplement la batterie, car on est satisfait de son iPhone. Cook a également indiqué que la baisse du chiffre d’affaires de la firme était aussi imputable à la réduction du prix de ces batteries.

Qu’est-ce qu’il reste à Apple en dehors de l’iPhone?

La société était largement dépendante de l’iPhone pour ses résultats au cours des dernières années, comme le montre le graphique ci-dessous [chiffre d’affaires de l’iPhone en rouge]. Mais elle ne semble pas avoir réussi à mettre sur le marché un produit capable de compenser les ventes décevantes de l’iPhone. Les analystes craignent qu’Apple ait compris trop tard que le marché des smartphones avait atteint son point de saturation, ce qui aurait dû être anticipé il y a des années. [Depuis la création des téléphones mobiles en 1973, on a recensé plus de connexions de smartphones qu’il n’y a de gens sur  Terre]

Conclusion

Plus de 11 ans après l’introduction de l’iPhone – un appareil qui a changé le monde -, Apple [et d’autres sociétés de technologie] doivent encore trouver la prochaine innovation technologique. Personne ne sait ce que ce sera : voitures autonomes, Réalité virtuelle ou réalité augmentée, intelligence artificielle, robotique, crypto-monnaies ou soins de santé numériques …?

Apple est actif dans tous ces domaines d’une manière ou d’une autre, mais gagne toujours son argent avec la vente d’iPhones. Tim Cook et ses collaborateurs ont capitalisé sur ce cycle d’innovation d’une manière sans précédent. Mais peu de gens nieront désormais que ce cycle touche maintenant à sa fin.

Plus
Lire plus...
Marchés