Selon une étude, Facebook dispose de milliers d’employés pour lire les messages WhatsApp

WhatsApp, la messagerie du groupe Facebook, affirme que le respect de la vie privée est l’une de ses principales caractéristiques. Facebook affirme également qu’il ne lit pas les messages des utilisateurs. Pourtant, une nouvelle étude montre que Facebook déploie des équipes entières d’employés pour lire les messages WhatsApp.

WhatsApp, qui a été racheté par Facebook en 2014 pour 19 milliards de dollars, est utilisé par plus de deux milliards de personnes dans le monde. Pourtant, l’application, qui aime insister sur son cryptage de bout en bout, n’est pas aussi privée que Facebook l’a affirmé à plusieurs reprises.

Les résultats d’une nouvelle étude sur la vie privée sur WhatsApp sont accablants. Selon l’organisation à but non lucratif ProPublica, basée à New York, Facebook emploie « des milliers de travailleurs contractuels dans des immeubles de bureaux entiers à Austin (Texas), Dublin et Singapour, qui lisent chaque jour les messages de millions d’utilisateurs ».

Facebook reconnaît l’existence des travailleurs contractuels et des bureaux. Selon ProPublica, ils sont censés passer au crible le contenu de WhatsApp chaque jour. Toutefois, selon Facebook, il ne s’agit que de contenus signalés par les utilisateurs et l’algorithme de l’application de messagerie.

Partage d’informations sensibles

Un représentant de Facebook a déclaré au site économique Insider que seuls les contenus signalés par les utilisateurs comme étant abusifs sont examinés. Les soi-disant modérateurs de WhatsApp peuvent en effet consulter les messages les plus récents d’une conversation qui ont été signalés comme abusifs, selon les conditions d’utilisation et le centre d’aide de l’application.

Le cryptage de bout en bout de WhatsApp brouille les messages envoyés et les reconstitue pour le destinataire. Cependant, lorsqu’un contenu malveillant est signalé par un utilisateur, WhatsApp a accès au contenu non déformé d’une conversation, comme le sait ProPublica.

Facebook ne pourrait cependant pas écouter les conversations audio en raison de l’utilisation du cryptage de bout en bout.

Le slogan de WhatsApp selon lequel « personne en dehors de votre session de chat, pas même WhatsApp, ne peut lire ces messages » s’avère donc faux, selon ProPublica. L’organisation à but non lucratif accuse également Facebook de partager régulièrement des informations sensibles (qui, dans de nombreux cas, n’auraient pas dû l’être) avec les procureurs.

Contestations de WhatsApp et Facebook

Un représentant de WhatsApp a également réagi à cette étude.

« WhatsApp propose une fonctionnalité permettant aux utilisateurs de signaler les spams et les abus. Par conséquent, les messages récents d’une session de chat sont partagés avec WhatsApp. Cette fonction est essentielle pour prévenir les pires formes d’abus sur Internet. Nous ne sommes pas d’accord sur le fait que l’acceptation d’un rapport d’abus de la part d’un utilisateur serait incompatible avec le principe du cryptage de bout en bout », a-t-il affirmé.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20