Malgré les licenciements de masse, les travailleurs de la tech restent une valeur sûre

Le marché de l’emploi dans l’industrie de la tech ralentit, après deux années d’envolées. Pourtant, les travailleurs licenciés au cours de l’année écoulée retrouvent rapidement un emploi.

Pourquoi est-ce important ?

Depuis le début de l’année, 120.000 employés du secteur de la tech ont été licenciés. Conséquence d’un secteur en difficulté, mais aussi des mauvais paris des patrons sur l’après-pandémie. Et ces licenciements n'ont été qu'un signe de plus que ces entreprises allaient mal.

Les faits : près de 80 % des travailleurs de la tech ayant retrouvé un emploi après un licenciement l’ont décroché dans les trois mois suivants le début de leurs recherches, selon une enquête de ZipRecruiter.

  • C’est légèrement en dessous des 83 % de tous les travailleurs licenciés ayant été réembauchés au cours de la même période.
    • Des résultats qui collent avec les conclusions d’une précédente analyse, signée Revelio Labs.
  • Près de 4 travailleurs du secteur technologique licenciés sur 10 ont retrouvé un emploi moins d’un mois après avoir entamé leurs recherches, précise l’étude consultée par le Wall Street Journal.
  • Ils ne sont que 5 % à avoir pris 6 mois ou plus pour retrouver un emploi après un licenciement.
  • Et pour les trois quarts d’entre eux, ils sont restés dans l’industrie de la tech.

Le constat : si le secteur a été marqué par une vague de licenciements de masse en 2022, les travailleurs technologiques restent des profils très demandés.

« Malgré les licenciements généralisés, les gels d’embauche et les réductions de coûts en cours dans la technologie, de nombreux travailleurs de la technologie trouvent un emploi remarquablement rapidement. Ce sont toujours les travailleurs les plus recherchés avec les compétences les plus demandées. »

Julia Pollak, économiste en chef chez ZipRecruiter.

Contexte : le marché du travail dans le secteur est en baisse, ralenti par la pression des taux d’intérêt en hausse de la Réserve fédérale et la forte inflation.

  • Les Big Tech dont Meta ou Amazon ont licencié à tour de bras, pareil chez de nombreuses startups, alors que d’autres ont gelé leurs embauches.
  • Sauf que si les offres d’emplois sont en baisse par rapport aux records, elles restent abondantes par rapport au nombre de personnes au chômage. Ces dernières ont donc plusieurs opportunités qui s’offrent à elles.
  • De plus, le ralentissement constaté dans le secteur de la tech fait surtout suite à une période particulièrement prolifique. La pandémie a en effet poussé plusieurs entreprises à embaucher plus que de raison.

À noter : en plus de profiter d’un grand nombre d’offres d’emploi, les travailleurs de la tech profitent également du taux de chômage historiquement bas dans le pays (3,7 %) qui pousse les recruteurs et entreprises à proposer des offres alléchantes pour dénicher des perles rares dans un marché particulièrement concurrentiel.

« Pour les emplois technologiques, le climat économique et le marché du travail sont toujours relativement sains »

Scott Dobroski, expert en carrière d’Indeed.
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20