Avec la sécheresse en Europe, nous pourrions commencer à voir davantage de cultures génétiquement modifiées

L’agriculture européenne a beaucoup souffert des conditions climatiques extrêmes de ces dernières semaines. Le climat chaud et sec a détruit plusieurs récoltes et flétri les cultures. Les images du satellite européen Sentinel-2 montrent de vastes zones desséchées, là où l’on voit normalement des champs verts.

En réponse aux récents caprices du climat, certains politiciens européens commencent à s’opposer aux lois européennes qui rendent difficile la plantation de cultures génétiquement modifiées.

« Les nouvelles biotechnologies agricoles peuvent fournir des expériences pour des plantes plus résistantes à la sécheresse et aux parasites », a déclaré le député européen Antonio Tajani lors d’une réunion. Dans le nord de l’Italie, la sécheresse est si grave que les rizières s’assèchent et que les agriculteurs doivent faire face à des récoltes bien inférieures à la normale.

Les spécialités régionales populaires, notamment les fromages français et le « jamón » espagnol, sont également menacées. De nombreux produits régionaux réputés sont protégés par un label européen unique qui certifie leur qualité et leur caractère traditionnel.

Toutefois, en raison de la fréquence accrue des conditions météorologiques extrêmes, le cycle de production de plusieurs produits est perturbé, ce qui rend plus difficile pour les producteurs de denrées alimentaires de respecter les recettes et les procédures strictes et traditionnelles des produits régionaux européens bien connus. En conséquence, un secteur d’une valeur de plus de 75 milliards d’euros est en danger.

Si la sécheresse européenne se poursuit, les agriculteurs pourraient avoir besoin de cultures modifiées capables de résister à des étés longs et secs.

Cultures génétiquement modifiées

Les cultures génétiquement modifiées sont obtenues en insérant du matériel génétique d’un autre organisme dans l’ADN d’une plante. Il s’agit généralement d’un gène qui rend la culture résistante aux insectes ou aux herbicides. Aux États-Unis, près de 90% des champs de soja et de maïs sont génétiquement modifiés. Toutefois, en raison des règles strictes de l’UE, seules deux cultures de ce type ont été autorisées dans l’Union.

L’édition de gènes est une technique distincte et plus récente, qui consiste à modifier directement le génome d’un organisme, plutôt que d’insérer des gènes d’une autre espèce. Cette technique était censée échapper à la stricte réglementation européenne, mais en 2018, la Cour de justice de l’Union européenne a jugé que les cultures génétiquement éditées devaient relever de la même réglementation que les cultures génétiquement modifiées.

L’Europe change de position

Toutefois, certains signes indiquent que la position de l’UE sur l’édition de gènes est en train de changer. En avril dernier, une première étude a été publiée, suggérant un assouplissement des règles relatives à la modification des cultures.

« L’étude a confirmé que les produits NGT (New Genomic Techniques, NDLR) ont le potentiel de contribuer à des systèmes agroalimentaires durables, conformément aux objectifs du Green Deal européen », peut-on lire. « Toutes les mesures politiques ultérieures devraient viser à permettre aux produits NGT de contribuer à la durabilité tout en répondant aux préoccupations. »

Emissions de l’agriculture

Ces cultures peuvent également présenter des avantages en termes d’émissions de CO2 de l’agriculture de l’UE. Par exemple, une étude du groupe de réflexion américain Breakthrough Institute montre que l’introduction de cultures modifiées pourrait entraîner une réduction des émissions de gaz à effet de serre équivalente à 7,5%. Ceci est principalement dû au fait que ces cultures ont des rendements plus élevés que les cultures conventionnelles.

Entre-temps, des cultures plus tolérantes à la sécheresse ont déjà été approuvées en Argentine. La société argentine Bioceres Crop Solutions effectuera des essais en plein champ l’année prochaine et espère vendre sa nouvelle culture sur le marché international dès l’année suivante. En Argentine, les agriculteurs observent actuellement avec inquiétude l’arrivée d’un phénomène météorologique appelé La Niña, qui se caractérise par des sécheresses dans les plaines herbeuses du sud de l’Amérique du Sud.

Le pays s’attend à une récolte de céréales réduite pour la saison 2022-23 en raison de la sécheresse annoncée. La bourse des céréales de la ville argentine de Rosario prévoit que la production céréalière du pays pour cette saison tombera à 19 millions de tonnes, contre 22,1 millions de tonnes pour la saison précédente. Avec le blé génétiquement modifié, le pays espère désormais apporter une réponse au problème croissant de la sécheresse.

(CP)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20