Scandale d’espionnage en Italie: deux diplomates russes expulsés du pays

Le ministre italien des Affaires étrangères Luigi di Maio (à gauche) et son homologue russe Sergei Lavrov.(Russian Foreign Ministry Press Office/TASS/Sipa USA/Isopix)

Un capitaine de la marine italienne et un responsable militaire russe ont été pris en flagrant délit de ‘réunion clandestine’ au cours de laquelle des documents secrets ont été transmis en échange d’argent. L’Italie a ensuite expulsé deux diplomates russes.

Le capitaine de frégate italien et le Russe, qui était accrédité par l’ambassade, sont accusés de ‘crimes graves liés à l’espionnage et à la sécurité de l’État’. La rencontre entre les deux hommes a eu lieu à Rome mardi soir, ont rapporté les carabiniers italiens.

Documents de l’OTAN

Bien que les suspects n’aient pas été officiellement identifiés, l’agence de presse Reuters écrit que, selon une source policière, le capitaine s’appelait Walter Biot. Il aurait accepté environ 5.000 euros en échange d’informations secrètes. Parmi les dossiers que le capitaine aurait transmis à l’officiel russe figureraient également des documents de l’OTAN, selon l’agence de presse italienne Ansa.

Mercredi, l’Italie a ordonné l’expulsion de deux diplomates russes. Le ministre des Affaires étrangères Luigi Di Maio a déclaré dans un communiqué que l’Italie avait adressé une protestation officielle à l’ambassadeur russe et l’avait informé de ‘l’expulsion immédiate des deux fonctionnaires russes impliqués dans cette affaire très grave’.

‘L’allégation d’espionnage contre des officiers italiens et russes démontre la nécessité de continuer à travailler en étroite collaboration avec l’Europe et nos alliés afin d’améliorer en permanence nos moyens de protéger la sécurité et le bien-être de nos citoyens’, a ajouté M. Di Maio.

Moscou réagit

Selon l’agence de presse russe Interfax, citant un législateur russe, le Kremlin expulsera également des diplomates en guise de réponse – une pratique courante dans ce genre d’affaires d’espionnage.

D’autres agences de presse russes, citant des responsables de l’ambassade de Russie en Italie, indiquent que les Russes expulsés par l’Italie travaillaient dans le bureau de l’attaché militaire de ce pays. Par contre, on ne sait pas encore si l’un d’entre eux est aussi celui qui a rencontré le capitaine italien à Rome.

Sur le même sujet: