“La Russie tente de pirater les smartphones des soldats de l’OTAN”

La Russie essaie activement de pirater les smartphones personnels et les comptes Facebook des soldats de l’OTAN, écrit le Wall Street Journal, citant des sources dans l’OTAN. De cette manière, les Russes tentent d’obtenir des informations militaires sensibles, de connaître les opérations menées,  d’intimider les soldats, et, peut-être, d’interférer avec les opérations en donnant de faux ordres. Moscou a déjà réfuté cette allégation.

La Russie essaie activement de pirater les smartphones personnels et les comptes Facebook des soldats de l’OTAN, écrit le Wall Street Journal, citant des sources dans l’OTAN. De cette manière, les Russes tentent d’obtenir des informations militaires sensibles, de connaître les opérations menées,  d’intimider les soldats, et, peut-être, d’interférer avec les opérations en donnant de faux ordres. Moscou a déjà réfuté cette allégation.

Selon des États-Unis et d’autres responsables occidentaux, il ne fait aucun doute que la Russie est derrière cette campagne. Les  moyens sophistiqués utilisés pour pénétrer dans les smartphones laissent à penser que ces attaques étaient menées par une nation. Par exemple, elles mettaient en œuvre des drones équipés de dispositifs d’écoute, un type d’équipement hors de portée pour la plupart des civils.L’opération a notamment ciblé le contingent de 4.000 soldats de l’OTAN déployés en Pologne et dans les pays baltes frontaliers avec la Russie. Les soldats ont reçu des messages sur leur page Facebook ou sur leur iPhone leur indiquant que quelqu’un avait tenté d’accéder à leurs données à partir d’un site distant. Les adresses IP des auteurs de ces tentatives d’intrusion étaient situées à Moscou.

De fausses instructions en cas d’action militaire

Selon les experts, les vols de drones et les cyber-attaques sur les militaires indiquent que la Russie cherche à espionner les nouvelles bases de l’OTAN, et notamment à déterminer si elles hébergent plus de soldats que le nombre qui a été déclaré par l’Alliance. Selon certains experts militaires, les smartphones piratés auraient également pu être utilisés pour envoyer de fausses instructions.Normalement, les soldats ne doivent pas prendre en compte les messages à caractère militaire transmis sur les appareils privés. Mais on peut supposer qu’une tentative de ce genre aurait semé la confusion et aurait pu ralentir la réaction de l’OTAN suite à une action militaire russe.De plus, les téléphones présents dans des sites sensibles, tels que des quartiers généraux, pourraient être exploités pour recueillir des informations sensibles.