Le roi d’Espagne : les autorités catalanes ont fait preuve d’une déloyauté inadmissible

Lors d’un discours télévisé au ton très dur, le roi d’Espagne Felipe IV, a estimé qu’en organisant un référendum pour l’indépendance de la Catalogne, « les autorités catalanes avaient bafoué de manière systématique les normes approuvées légalement et avaient fait preuve d’une déloyauté inadmissible envers les pouvoirs de l’État. » « Nous vivons des moments graves pour notre démocratie », a ajouté Felipe IV. « Depuis déjà un moment, les autorités de Catalogne, de manière réitérée, consciente et délibérée, ne respectent pas la Constitution. » « Ces autorités ont rompu avec les principes démocratiques de tout l’État de Droit et elles ont sapé l’harmonie et la cohabitation de la société catalane aboutissant à sa division. »

Stabilité économique

Le Roi d’Espagne a ajouté qu’aujourd’hui la société catalane était fracturée et divisée par un conflit. « Ces autorités ont méprisé les sentiments de solidarité qui ont uni et uniront l’ensemble des Espagnols, et par leur conduite irresponsable, elles sont susceptibles de mettre en péril la stabilité économique et sociale de la Catalogne et de toute l’Espagne. »« Ces autorités se sont mises en marge du droit et de la démocratie de manière claire et catégorique. Elles ont tenté de briser l’unité du pays et la souveraineté nationale, à savoir le droit de tous les Espagnols à décider démocratiquement de leur vie en commun », a-t-il encore ajouté.Le roi a envoyé un message claire aux citoyens de Catalogne : « Nous visons dans un Etat démocratique qui permet, via les voies constitutionnelles, que toute personne puisse défendre ses idées dans le cadre du respect de la loi. Sans ce respect, il n’y a pas de cohabitation démocratique possible dans la paix et dans la liberté, ni en Catalogne, ni dans le reste de l’Espagne, ni dans un aucun autre endroit du monde ».« Il s’agit de moments difficiles mais nous nous en sortirons », a conclu Felipe IV. Enfin, ce dernier a tenu à rappeler l’attachement ferme de la Couronne à la Constitution et à la démocratie.