Un expert s’interroge sur la rentabilité de l’épargne-pension : « Même en tenant compte de l’avantage fiscal, investir en actions est plus lucratif »

Nous sommes fiscalement encouragés à épargner pour nos vieux jours via le troisième pilier des pensions. Or, les recherches de Grégory Guilmin, expert financier indépendant, montrent que l’épargne-pension est moins lucrative que prévu.

Pourquoi est-ce important ?

Quiconque épargne pour sa retraite via le troisième pilier de pension a droit à un avantage fiscal de 25% (maximum 1.270 euros par an) ou 30% (maximum 990 euros par an). Lorsque vous vous adressez à une banque, vous avez généralement le choix entre plusieurs fonds d'épargne-pension, allant du défensif au dynamique. Les assureurs travaillent avec des contrats d'assurance, notamment les assurances de branche 21 et de branche 23.

À la une : Plus de 1.800.000 Belges épargnent pour leur retraite via un fonds d'épargne-pension, selon les chiffres de Febelfin. Guilmin a étudié le produit.

  • Ses calculs montrent que les fonds d'épargne-pension rapportent moins d'argent à long terme que si l'on investissait soi-même ce capital en bourse. Après cinquante ans, le rendement serait supérieur d’un tiers. Il compare les rendements historiques des fonds d'épargne-pension avec ceux de l'indice MSCI World. Entr
Cet article est uniquement disponible pour nos abonnés Premium
Accédez à trois articles gratuits par mois !
Business AM est le média belge qui vulgarise l’économie. Rejoignez notre communauté de plusieurs millions de lecteurs chaque mois.
Oui, je veux avoir accès à 3 articles Premium
Vous préférez vous abonner tout de suite ? Cliquez ici
Déjà abonné? Connectez-vous et recevez l’accès à tous nos articles Premium.
Plus d'articles Premium
Plus