Des restaurants veulent une avance de 25 € pour la réservation d’une table. Est-ce réaliste ?

387 restaurants en Flandre ont rejoint TableFever, une plateforme de réservation en ligne qui oblige les clients à payer une avance lorsqu’ils réservent une table dans un restaurant. Pour une table dans un café, il faut compter environ 25 euros de caution, mais pour un établissement étoilé, le montant peut grimper jusqu’à 100 euros. De nombreux propriétaires de l’horeca sont ennuyés par les personnes qui réservent une table dans leur restaurant et ne se présentent finalement pas. Mais Filip Vanheusden, président de Horeca Vlaanderen, doute qu’il puisse s’agir de la bonne solution.«C’est devenu au cours de ces dernières années une mauvaise habitude, qui a causé d’importantes pertes de revenus  pour les restaurants. Une table vide, c’est un trait net sur votre addition », explique Filip Vanheusden, président de horeca Vlaanderen, dans Het Laatste Nieuws.C’est pourquoi TableFever lance aujourd’hui la première plateforme de réservation en ligne en Flandre où vous devez régler une avance. Pour une brasserie, le montant par table se monte à environ 25 euros, et il atteint 100 euros pour un établissement étoilé. Il n’est donc plus nécessaire de téléphoner : sur Internet, on peut maintenant réserver une table très rapidement. Mais annuler ou faire faux-bond est encore plus facile et cela se voit dans les restaurants. Actuellement, il y a 387 entreprises de restauration affiliées à TableFever. Cela correspond à environ  1 200 réservations par jour.On sait depuis longtemps qu’il faut rappeler à certains clients des restaurants avec un appel téléphonique ou un e-mail qu’ils y ont effectué une réservation. Mais selon Vanheusden, certaines entreprises ont dressé une liste noire des personnes qui réservent, mais ne se présentent pas. Il n’est pas rare non plus que l’on demande aux clients leur numéro de carte bancaire.

Impensable

L’idée de demander une avance ne date pas d’hier. En 2013, une enquête du Syndicat neutre pour les travailleurs indépendants (NSZ) avait révélé qu’un quart des restaurants envisageait une telle mesure. Bon nombre de restaurants réclament cette avance, en particulier les restaurants étoilés.Toutefois, 72 % des restaurants percevaient l’an dernier que réclamer une avance à leurs clients était encore impensable. Les principales raisons à cela sont l’hostilité de la clientèle (24 %), le fait qu’elle ferait peur aux clients (20 %) et la crainte qu’elle réduise le nombre de réservations (16 %).Ou ainsi que Guy M., le responsable anonyme d’une entreprise de restauration de Louvain, disait à ce propos. « Si je commence, personne ne réservera plus. ». M. Guy a une méthode différente pour lutter contre la perte d’un couvert  liée à un client qui ne se présente pas :

« Chez nous, de toute façon, vous ne pouvez pas réserver une table sur la terrasse. Ces tables sont immédiatement occupées en été. D’ailleurs, ceux qui ont réservé et qui ne se présentent pas dans  la demi-heure ou n’avertissent pas d’un retard perdent leur table. Sans pitié! Nous procédons ainsi depuis les débuts de notre entreprise ».