Ravage sur une base aérienne russe : 230 millions de dollars de jets en pièces

De plus en plus de détails sont révélés à propos des explosions survenues sur la base aérienne de Saki, dans la péninsule de Crimée, occupée par la Russie. Au moins 9 avions de chasse russes ont été détruits dans les explosions, et les infrastructures à l’intérieur et autour de la base aérienne ont également subi des dommages importants. On ne peut cependant pas encore dire avec 100% de certitude qui ou quoi a provoqué les explosions.

Mercredi, les plagistes russes de Crimée, la péninsule ukrainienne annexée par la Russie en 2014, ont été surpris par une série d’explosions. La Russie affirme qu’un incident impliquant des munitions est à l’origine des explosions dans les dépôts, mais la possibilité que l’Ukraine soit à l’origine cette attaque semble plus plausible.

Trop grand pour un accident

Les images des explosions et des ravages causés sur le terrain par la suite ont été partagées en masse sur Twitter. Les explosions avaient toutes la même forme et certaines se sont produites parfaitement simultanément ; un accident avec des munitions parait donc exclu. Sur base de ses informations, le New York Times a en tout cas réfuté la possibilité d’un accident.

Une photo satellite de Planet Labs est venu préciser l’étendue des dégâts : elle montre trois cratères d’impact (les carrés rouges), et un total de neuf avions de chasse détruits (les cercles rouges). Les analystes militaires ont pu déterminer qu’au moins trois Sukhoi Su-30 ont été détruits, pour un coût d’environ 27,7 millions de dollars par avion. En outre, six Sukhoi Su-24 légèrement plus anciens sont aussi en morceaux, pour un coût estimé à 24 millions. Au total, la Russie aurait donc perdu 227 millions de dollars.

Les ravages de la base aérienne de Saki (Source : Planet Labs)

Les explosions, qui pourraient avoir été causées par des missiles ukrainiens, ont également provoqué un important incendie sur la base aérienne. Outre les jets, il est probable qu’une grande partie des infrastructures, des hangars et peut-être la piste elle-même, soient endommagés.

Options de missiles

On ne sait toujours pas qui ou quoi a provoqué les explosions, même s’il semble très probable que l’Ukraine y soit pour quelque chose. Une attaque par des missiles à longue portée ou des drones suicide ukrainiens est pour l’heure la piste privilégiée.

L’Ukraine possède ses propres missiles Tochka-U, mais à plus de 185 kilomètres, leur portée ne parait pas suffisante. Les missiles américains ATACMS, qui peuvent être tirés à partir d’un système de missiles HIMARS ou MLRS, peuvent voler assez loin, mais les États-Unis ont longtemps empêché la livraison de ce type de missiles.

Les missiles Sarpan et Hrim-2 sont également une possibilité. Ce projet est officiellement encore en phase de développement. Il est donc possible que l’Ukraine ait réussi à garder secrète l’existence de ces systèmes de missiles, afin de pouvoir les déployer en cas de besoin.

(BL)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20