Quintillion, la firme qui reposait sur un milliard de dollars de mensonges

(Source: EPA)

Elizabeth Pierce, CEO de Quintillion, voulait à tout prix déployer un câble internet haut débit sous l’océan Arctique, quitte à mentir pour parvenir à ses fins.

C’est une histoire étonnante que rapporte le site de Bloomberg, relayé par Korii. Celle d’Elizabeth Pierce et de son entreprise, basée en Alaska, Quintillion. Cette Américaine s’était fixé pour objectif de connecter au réseau internet haut débit les régions les plus reculées de son État. Comment ? En profitant de l’ouverture du passage Nord-Ouest pour poser un câble sous-marin sous l’océan Arctique et qui relierait, à terme, Londres au Japon, en passant par l’Islande, le Groenland et l’Alaska.

Pour prouver que son projet était viable et sur la bonne voie, la patronne de Quintillion était prête à tout, y compris à présenter aux investisseurs potentiels des contrats falsifiés en profondeur ou carrément faux, voire tout simplement signés par elle-même. En tout, Elizabeth Pierce a fabriqué de fausses promesses pour un montant total de plus d’un milliard de dollars. Et de nombreuses sociétés, parfois importantes, se sont laissé avoir.

Effets positifs

Les choses se sont gâtées pour Elizabeth Pierce à partir de 2017, lorsque les comptables de Quintillion ont commencé à émettre les premières factures à certains de ces vrais-faux partenaires. À partir de ce moment, malgré de nouveaux mensonges, la découverte du pot aux roses n’était plus qu’une question de temps. Et c’est ce qui arriva quelque mois plus tard. Accusée de fraude, Elizabeth Pierce a finalement été remplacée par George Tronsrue, qui a tenté de sauver ce qui pouvait encore l’être.

En fin de compte, le fiasco Quintillion pourrait cependant avoir des effets positifs, remarque Bloomberg. Si la pose d’un câble sous-marin sous l’océan Arctique n’est sans doute pas pour demain, l’idée de tirer de la fibre optique sous le passage Nord-Ouest semble faire son chemin chez d’autres entreprises.

Par ailleurs, l’objectif de base de Quintillion, à savoir connecter l’Alaska au haut débit, est en partie atteint, conclut Bloomberg. Des hôpitaux, des écoles ou des entreprises, ainsi que 10.000 personnes disposent désormais de connexions modernes.