Qui sont les trois candidats pour succéder à l’héritage d’Angela Merkel à la tête de la CDU?

Angela Merkel (Foto: Daniel Karmann/dpa)

Ce samedi, les membres de la CDU, l’union chrétienne-démocrate allemande, devront choisir leur nouveau dirigeant. Angela Merkel s’étant retirée de la course en 2018, et Annegret Kramp-Karrenbauer, l’actuelle présidente, ayant renoncé à ce poste début 2020, il est maintenant l’heure de prendre la difficile décision de nommer un nouveau président. Un rôle important puisque cette personne pourrait devenir le futur chancelier.

La CDU, considéré par beaucoup comme le parti d’Angela Merkel – elle est restée 18 ans à la présidence – connait des années difficiles. Ce grand parti d’Allemagne est de plus en plus menacé par les nationalistes allemands de l’AfD. Cette menace divise la CDU: une partie des membres veut s’allier avec l’Alternative für Deutschland, tandis que l’autre s’y oppose fermement.

Mais ce n’est pas le seul problème du parti. Angela Merkel, qui était l’élément rassembleur, a décidé de ne plus se présenter au poste de présidente dès 2018. Une remplaçante avait été toute trouvée:               Annegret Kramp-Karrenbauer, secrétaire générale du parti et, à l’époque, assez proche de Merkel. Elle est élue présidente en 2019. Début 2020, elle renonce au poste, suite à de gros différends avec les autres membres éminents du parti. Retour à la case départ.

3 candidats

Ce samedi, les délégués de la CDU se réuniront pour décider qui sera le nouveau président. 3 candidats ressortent des débats:

  • Friedrich Merz: il est l’opposant historique de Merkel. Il s’était également présenté face à Annegret Kramp-Karrenbauer, mais avait perdu à 35 voix près.
  • Armin Laschet: il est le ministre-président de Rhénanie-du-Nord–Westphalie, qui est le Lander le plus peuplé et ayant le plus fort poids économique du pays. Il dirige la section du parti pour cette région du pays depuis 2012.
  • Norbert Roettgen: il est considéré comme un expert de la politique étrangère et en tant qu’avocat, il a également beaucoup suivi le ministère allemand de la Justice. Il a longtemps été en compétition avec Laschet pour se placer à la tête de la CDU régional, mais n’a jamais gagné.

Aucun des trois ne se démarque vraiment pour devenir le président de la CDU et, par la suite, le chancelier allemand, si le parti est encore au pouvoir après les élections de septembre prochain. Ce vote national sera dans la tête de tous les délégués du parti lors du Congrès.

Merz est très controversé et il divise fortement au sein de la population. Son élection à la tête du parti pourrait pousser une partie des électeurs historiques de la CDU à se diriger vers les Verts, les sociaux-démocrates ou encore Die Link (‘La Gauche’, en français). Laschet et Roettgen seraient considérés comme de meilleures alternatives pour la chancellerie, avec un léger avantage pour le ministre-président de Rhénanie-du-Nord–Westphalie.

La place d’Angela Merkel

Celui qui gagnera la présidence du parti sera candidat à la place de chancelier et pourra remplacer Angela Merkel après près de 16 ans de bons et loyaux services. Le nouveau chancelier devra décider s’il souhaite suivre les traces de sa prédécesseure, en mettant l’accent sur l’Union européenne, ou s’il s’en détachera, en se concentrant alors plus sur son pays. Dans ce second cas, l’Union européenne pourrait perdre l’un de ses plus fervents défenseurs au niveau international.