Qui est réellement l’auteur de l’attaque contre Daria Douguine?

La mort de Daria Douguine, la fille du philosophe Alexandre Douguine de Poutine, est pour le moins remarquable. La cérémonie funéraire soulève également de nombreuses questions, notamment sur sa mort elle-même et sur les personnes qui en sont responsables.

Le samedi 20 août, Daria Douguine, 30 ans, a été tuée dans un attentat à la bombe. Elle était partie le soir pour le « Festival de la tradition » dans la banlieue moscovite de Bolshiye Vyazyomy, plus précisément sur le domaine de Zakharovo, où l’écrivain et poète russe Alexandre Pouchkine passait ses étés. Normalement, Douguine voyageait avec son père, mais au dernier moment, il a décidé de conduire dans une voiture séparée.

Cercueil ouvert

Sur l’autoroute en direction de Moscou, le véhicule dans lequel se trouvait Douguine a explosé. La photo d’un Alexandre Douguine stupéfait à côté de l’épave en feu a fait le tour du monde. Une image très différente de celle vue lundi, où M. Douguine et sa femme se promenaient avec de larges sourires lors de la cérémonie d’adieu de leur fille. D’ailleurs, elle était présentée dans un cercueil ouvert ; pour quelqu’un qui venait d’exploser avec sa jeep, il y avait remarquablement peu de blessures, de plaies ou de brûlures à voir.

Immédiatement après l’attaque, l’Ukraine a été identifiée comme la partie coupable. Ilya Ponomarev, un ancien député russe qui a fui le pays en 2016 et qui a depuis pris parti et même combattu avec l’Ukraine, a affirmé que l’Armée nationale de la République était derrière l’attaque. La NRA, un groupe partisan (encore inconnu) avec lequel il était en contact, aurait déjà mené plusieurs opérations de résistance dans le pays.

Cependant, hormis les déclarations de Ponomarev, rien ne prouve que ce groupe de partisans existe réellement. La Russie affirme que ce n’est pas le cas. Lundi, le FSB, le service de renseignement intérieur de la Russie, a présenté une version différente. Selon le service, l’Ukrainienne Natalia Vovk a été engagée comme assassin. Elle s’était installée en Russie un mois auparavant, avec sa fille de douze ans, et avait loué un appartement dans le même immeuble que Dugout.

Tueuse à gages et sa fille

Elle aurait assisté au « Festival des traditions » avec sa fille, et aurait placé une bombe sous la voiture de Dugout. Le FSB a également partagé des images de caméras de sécurité montrant une Mini Cooper avec Vovk au volant, selon le service.

Elle est entrée en Russie depuis le Donbas, où elle a changé ses plaques d’immatriculation de la République populaire de Donetsk en plaques kazakhes. Après le meurtre, elle a fui en Estonie avec des plaques d’immatriculation ukrainiennes, puis s’est rendue en Autriche.

Cependant, cette histoire est également fortement contestée. Pourquoi la tueuse à gages, qui, selon le FSB, est une espionne expérimentée et une vétérante du bataillon Azov, aurait-elle emmené sa fille de douze ans avec elle ? Kiev affirme également que l’histoire est fausse : Vovk n’a jamais été actif dans le bataillon Azov, et le laissez-passer militaire distribué par la Russie a été falsifié.

L’Ukraine elle-même fait valoir que le premier mari de Vovk était favorable aux rebelles pro-russes du Donbas, et que Vovk tendait donc davantage vers la Russie elle-même. Le service de sécurité ukrainien SBU a donc conclu que Vovk n’était pas la femme que la Russie prétendait être la meurtrière : plus exactement, il a accusé le FSB lui-même du meurtre.

Le FSB comme auteur ?

L’une des sources pointant vers le FSB est le compte Twitter et Telegram GeneralSVR. Le compte est géré par un ancien agent du FSB qui a encore beaucoup de relations au sein du service. Il écrit que Douguine a eu une conversation avec un général du FSB il y a un mois, au cours de laquelle le philosophe a exprimé son mécontentement face à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Douguine aurait été convaincu que seul « un sacrifice » pourrait renverser la situation : il a dit au général qu’il voulait sacrifier sa fille.

Kamil Galeev, chercheur pour le think tank Wilson Center et journaliste vivant à Moscou, suggère également que la Russie elle-même a mené la tentative d’assassinat, et que Douguine était au courant. Par exemple, lui et sa fille ont changé de voiture en quittant la fête. Cela a donné l’impression que Douguine était la cible, et que l’Ukraine avait donc été négligente. Si le FSB voulait tuer Douguine, il aurait fait exploser la bonne voiture.

Cependant, il existe un véritable motif derrière ce meurtre : le Kremlin a besoin d’une raison pour se montrer encore plus ferme à l’égard de l’Ukraine, ou pour traquer ses opposants au sein de la politique russe. Une attaque contre une trentenaire trop ambitieuse, qui se voyait comme un leader nationaliste pour la Russie et qui vivait en mauvais termes avec son père (l’un des plus fidèles alliés de Poutine), semblait la meilleure option.

(JM)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20