Quelles sont les conséquences pour nous d’un conflit nucléaire, même limité ?

Même une guerre nucléaire limitée entraînerait des millions de morts, des pénuries alimentaires mondiales sans précédent et probablement même une famine qui durerait plus d’une décennie. Nous parlons du déploiement de 10 armes nucléaires des deux côtés, et seulement les plus légères de leur arsenal. Une forme de guerre nucléaire limitée ressemblerait à un conflit conventionnel sur le champ de bataille, mais avec des armes nucléaires tactiques de faible puissance. Pour ceux qui trouvent cela impensable, la Russie et les États-Unis ont travaillé sur un tel scénario hypothétique au cours des dernières années.

Il y a quelques années, un concept d’utilisation de quelques armes nucléaires à faible puissance a circulé au Pentagone, qui semble terriblement familier. Les prémisses de ce concept sont les suivants : après l’annexion de la Crimée en 2014, la Russie attaque un pays balte avec des chars et des troupes terrestres, tandis que les États-Unis sont distraits par une crise intérieure. L’OTAN répond par une contre-force décisive, détruisant les chars russes à l’aide d’avions de chasse, mais cela n’annule pas la détermination des Russes. La Russie répond avec encore plus de chars et en bombardant les installations de l’OTAN, tuant des centaines de soldats.

L’OTAN ne peut tolérer une telle agression et, pour empêcher la Russie de poursuivre son avancée, elle lance des armes nucléaires tactiques à faible rendement, dont le cadran est réglé au niveau le plus bas, soit 300 tonnes d’équivalent TNT, ce qui est tout de même 20 fois plus que la bombe d’Hiroshima. L’objectif est de signaler à la Russie qu’elle a franchi une ligne et de désamorcer la situation. Les actions de l’OTAN sont fondées sur la crainte que si l’agression russe n’est pas arrêtée, il en résultera une guerre totale en Europe du Nord.

Le grand problème : le fameux brouillard de la guerre

Cette stratégie est discutée depuis des années dans les hautes sphères du Pentagone. L’idée sous-jacente est que l’utilisation de quelques armes nucléaires de faible puissance permet de faire preuve de détermination, avec le résultat espéré que l’autre partie renonce à son comportement agressif (ce concept est connu sous le nom d’escalade pour désescalader). L’hypothèse est que l’attaque nucléaire serait limitée, que les parties reviendraient à la table des négociations et que les voix les plus sages prévaudraient.

Toutefois, cela suppose une chaîne d’événements dans laquelle tout se déroule comme prévu. Elle ignore le fait irréfutable que, comme l’a noté le général prussien Carl von Clausewitz au XIXe siècle, « les trois quarts des facteurs sur lesquels repose l’action en guerre sont enveloppés d’un brouillard d’incertitude ». C’est le fameux brouillard de guerre, l’ambiguïté des situations de guerre sur laquelle les décisions doivent encore être fondées. Dans le scénario décrit, des capteurs ont pu être endommagés ou des lignes de communication coupées, ce qui aurait permis de signaler le faible rendement des armes nucléaires. En conséquence, la Russie pourrait se sentir menacée et répondre par une attaque généralisée à l’aide d’armes nucléaires stratégiques, entraînant des millions de morts. Et ce qui s’ensuit, à plus long terme, c’est un hiver nucléaire.

La différence entre un hiver nucléaire et un automne nucléaire

Le concept d’un hiver nucléaire n’est pas nouveau. Il a été évoqué dans les années 1960. L’idée a toujours été qu’une guerre à grande échelle avec des armes nucléaires libérerait de grandes quantités de poussière fine dans l’atmosphère. Cette poussière bloque la lumière du soleil, provoquant l’obscurité et surtout le froid sur la Terre. Ces conditions hivernales ou pires encore réduisent la croissance des plantes, ce qui entraîne des pénuries alimentaires et la famine pour les animaux et les humains.

Une guerre nucléaire mondiale entraînerait une baisse de la température moyenne de 7 à 8 degrés pendant des décennies. De vastes zones terrestres pourraient même s’attendre à une baisse de température de 20 à 30 degrés.

Mais ces spéculations sont largement fondées sur des calculs dans un scénario de guerre totale entre la Russie et les États-Unis, les deux principales puissances nucléaires du monde. Une étude, utilisant entre autres les derniers modèles climatiques, a examiné ce qui se passerait en cas de conflit nucléaire limité. L’étude suggère que même une guerre limitée entraînerait des pénuries alimentaires mondiales sans précédent et probablement une famine de plus de dix ans. Nous parlons d’un automne nucléaire.

La plus grande famine de l’histoire documentée

L’étude examine les effets possibles si chaque camp devait tirer 50 bombes de la taille d’Hiroshima, soit moins de 1 % de l’arsenal mondial estimé. Même si cela semble beaucoup, il y a une nuance : la plupart des armes nucléaires « légères » des Russes et des Américains qui seraient utilisées dans un conflit limité aujourd’hui sont encore cinq fois plus puissantes que la bombe d’Hiroshima. Nous parlons donc essentiellement du déploiement de 10 armes nucléaires des deux côtés.

Outre les morts et les destructions directes, les tempêtes de feu qui ont suivi les bombardements ont libéré quelque 5 millions de tonnes de suie dans la stratosphère. Depuis la stratosphère, cette suie se répandrait dans le monde entier mais y resterait bloquée. La couche de suie absorberait la lumière du soleil et ferait baisser la température moyenne de la Terre d’environ 1,8 degré Celsius pendant cinq ans. Les scientifiques prévoient que cela réduirait à son tour la production des quatre principales céréales du monde – maïs, blé, soja et riz – de 11 % en moyenne sur cette période, avec un effet d’atténuation pendant encore cinq à dix ans. Elle dépasserait la plus grande famine de l’histoire documentée.

Les cultures seraient le plus durement touchées dans les régions granulaires du nord des États-Unis, du Canada, de l’Europe, de la Russie et de la Chine. Mais paradoxalement, les régions du sud souffriraient beaucoup plus de la faim. En effet, de nombreux pays développés du Nord produisent d’énormes excédents, dont la plupart sont exportés vers des pays du Sud qui peuvent à peine se nourrir. Si ces excédents devaient se tarir, quelque 70 pays largement pauvres, représentant une population cumulée de 1,3 milliard d’habitants, verraient leur approvisionnement alimentaire diminuer de plus de 20 %.

Les réserves pourraient nous soutenir pendant quelques années avant que d’énormes pénuries ne surviennent

Certains effets négatifs sur les cultures seraient dus à des modifications des précipitations et du rayonnement solaire, mais la grande majorité serait due à la baisse des températures, selon l’étude. Les cultures souffriraient le plus dans les pays situés au nord de 30 degrés, simplement parce que les températures y sont plus basses et que les saisons de croissance sont initialement plus courtes. Même une baisse modeste de la chaleur de la saison de croissance peut rendre les cultures difficiles à mûrir et sensibles à des vagues de froid mortelles. En conséquence, la récolte de maïs, la plus importante culture céréalière du monde, pourrait chuter de près de 20 % aux États-Unis et jusqu’à 50 % en Russie. Le blé et le soja, les deuxième et troisième céréales les plus importantes, souffriraient également beaucoup. Le riz s’en sortirait mieux, car il est de toute façon cultivé dans des régions plus chaudes, et des températures plus fraîches pourraient même augmenter la récolte de maïs dans certaines régions d’Amérique du Sud et d’Afrique. Mais cela ne suffirait pas à compenser les baisses beaucoup plus importantes enregistrées dans d’autres régions, selon l’étude.

Étant donné que de nombreux pays développés produisent des excédents pour l’exportation, leur surproduction et leurs réserves pourraient les aider pendant au moins quelques années avant que des pénuries ne surviennent. Mais cela se ferait au détriment des pays du Sud. Les pays développés imposeraient presque certainement des interdictions d’exportation pour protéger leurs propres populations, et dès la quatrième ou la cinquième année, de nombreux pays déjà en proie à la malnutrition verraient leurs disponibilités alimentaires diminuer de façon catastrophique. La Somalie, le Niger, le Rwanda, le Honduras, la Syrie, le Yémen et le Bangladesh seraient les plus durement touchés, selon les auteurs de l’étude.

On a beaucoup écrit récemment sur les effets possibles du réchauffement climatique sur l’agriculture. Mais un refroidissement soudain causé par un conflit nucléaire, même limité, aurait des conséquences bien plus graves pour les systèmes alimentaires : quatre fois plus graves que toutes les perturbations agricoles mondiales précédemment enregistrées, causées par des sécheresses, des inondations ou des éruptions volcaniques.

Trop dramatique ? Eh bien, non. Au contraire

Cela semble très spectaculaire, mais l’étude reste en fait modérée. Les scientifiques n’ont pas pris en compte les effets possibles des précipitations radioactives, ni la probabilité que la suie flottante réchauffe la stratosphère alors que la surface se refroidit. Cela entraînerait à son tour la disparition de l’ozone de la stratosphère, ce qui augmenterait le rayonnement ultraviolet, lequel serait encore plus nocif pour l’homme et l’agriculture.

Un jeu de guerre de 1983, connu sous le nom de Proud Prophet, portait sur des plans de guerre nucléaire top secret et comptait parmi ses participants des décideurs de haut rang, dont le secrétaire à la défense du président Reagan, Caspar Weinberger. Le jeu de guerre a suivi les plans d’un conflit nucléaire limité, mais s’est terminé de manière inattendue par un anéantissement nucléaire total, avec plus d’un demi-milliard de morts lors de la première attaque – sans compter les décès ultérieurs dus à la famine.

Chacun des scénarios d’attaque nucléaire « limitée », d’ailleurs, s’avère toujours tuer des millions de personnes

Cela n’a pas empêché les Américains d’élaborer depuis lors la stratégie dite du « bloody nose ». C’est l’idée qu’en réponse à une action menaçante, les États-Unis détruiraient un site clé. Il pourrait s’agir d’une attaque nucléaire à faible puissance ou d’une attaque conventionnelle. La stratégie du « nez qui saigne » repose sur l’espoir que l’ennemi sera tellement submergé par la puissance américaine qu’il battra immédiatement en retraite et ne ripostera pas.

Le problème est que toutes les simulations de ce scénario vont presque dans le sens de l’issue du jeu de 1983 : l’ennemi pourrait considérer toute agression comme une attaque visant à renverser son régime, et riposter par une réponse de type quitte ou double en utilisant des armes de destruction massive (y compris, mais pas nécessairement, des armes nucléaires). C’est exactement comme ça que l’équipe soviétique dans le jeu de guerre Proud Prophet l’a interprété.

Contrairement à l’attaque de cibles militaires, un adversaire peut également tenter de paralyser l’économie en détruisant des industries vitales. Dans une attaque hypothétique envisagée par le Congressional Office of Technology Assessment, dix missiles SS-18 soviétiques dotés d’ogives nucléaires attaquent des raffineries de pétrole aux États-Unis. Le résultat serait la destruction de deux tiers de la capacité de raffinage américaine. Et même avec une certaine évacuation des grandes villes dans la crise hypothétique qui a conduit à l’attaque, 5 millions d’Américains seraient tués. Chacun des scénarios d’attaque nucléaire « limitée », d’ailleurs, s’avère dans tous les cas de figure tuer des millions de personnes.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20