PSA cède ses parts dans un groupe chinois après une chute des ventes

Le groupe français PSA a décidé de céder sa participation dans un petit groupe chinois alors que ses ventes chutent.
EPA

Le groupe français PSA a décidé de céder sa participation dans un petit groupe chinois alors que ses ventes chutent.

Le groupe Peugeot PSA s’apprête à céder sa participation de 50% dans une joint-venture avec son partenaire chinois Chongqing Changan Automotive, dont les ventes sont en baisse. Un partenariat qui durait depuis 8 ans… le divorce s’annonce donc douloureux.

Cette décision du groupe français est significative des difficultés rencontrées par les constructeurs automobiles mondiaux sur le plus grand marché automobile du monde. Les ventes ont en effet diminué l’an dernier, une première depuis les années 1990.

Suppression d’emplois

Autre signe que les choses vont mal: PSA prévoit aussi de supprimer des emplois… et deux des quatre usines d’assemblage partagée avec un autre groupe chinois, Dongfeng. Celui-ci s’occupe de construire des voitures Peugeot et Citroën. 

Interrogé sur la présence asiatique de PSA, un porte-parole a assuré que le groupe souhaitait toujours développer les célèbres voitures DS en Chine. Le constructeur automobile affirme également qu’un ‘nouveau plan stratégique’ sera présenté dans les semaines ou mois prochains. La situation semble encore floue, mais les partenaires auraient toujours en tête la construction de voitures DS en Chine. 

Information plus concrète cette fois: le plan de vente de PSA serait présenté aux syndicats français vendredi, annonce Reuters.

Chute des ventes

En chine, les ventes du groupe PSA ont chuté de 32 % en 2018. ‘Seuls’ 262.583 véhicules ont été vendus, très loin de l’object fixé il y a quelques années d’un million de ventes annuelles… Quant à Changan, la société cherche à obtenir un prix plancher de 232 millions de dollars pour sa participation dans la coentreprise.