Première conséquence des tensions US-Iran sur le transit pétrolier à Ormuz

Tanker dans le détroit d’Ormuz, au large de Bandar Abbas. EPA

Le groupe pétrolier brésilien Petrobras a annoncé mercredi qu’il suspendait le passage de ses tankers dans le détroit d’Ormuz en raison de la tension entre l’Iran et les Etats-Unis.

Petrobras a précisé dans un communiqué que la distribution de carburants au Brésil ne serait pas affectée par cette mesure. Après une évaluation effectuée conjointement avec la Marine brésilienne, Petrobras « a décidé d’éviter, pour le moment, le passage par le détroit d’Ormuz », indique le communiqué. Ce détroit, par lequel transite une grande partie du pétrole mondial, est situé entre l’Iran et le sultanat d’Oman.

Un détroit plus chaud que jamais

La région connaît une forte tension depuis des semaines, en particulier depuis l’élimination par une frappe aérienne américaine, vendredi dernier à Bagdad, du général iranien Qassem Soleimani, chef de la Force Al-Qods, chargée des opérations extérieures des Gardiens de la révolution.

En riposte à cette élimination ordonnée par le président Donald Trump, l’Iran a lancé dans la nuit de mardi à mercredi des missiles sur des bases en Irak sur lesquelles sont déployées des troupes américaines.

Les marchés apaisés

Quelques heures plus tard, Donald Trump a fait baisser l’inquiétude des marchés en annonçant que ces missiles iraniens n’avaient blessé aucun Américain et en n’évoquant pas de nouvelle action militaire américaine. Les investisseurs craignent cependant que Téhéran ne tente de bloquer le détroit d’Ormuz.

Après l’élimination du général Soleimani, le gouvernement brésilien et le président Jair Bolsonaro ont apporté leur soutien au président Trump « dans sa lutte contre le fléau du terrorisme ». Le ministère brésilien des Affaires étrangères a indiqué par la suite que la chargée d’affaires du Brésil à Téhéran avait été convoquée par le gouvernement iranien.