Pourquoi nous ne verrons plus jamais un aussi grand groupe que les Beatles

51 ans ont passé depuis que la Beatlemania a conquis le monde. Et pour celui qui a suivi la remise des Grammys 2015, il est de plus en plus évident que l’industrie musicale telle qu’elle fonctionne de nos jours ne produira plus jamais un groupe aussi populaire et révolutionnaire d’un point de vue artistique que les Beatles, écrit Tom Barnes du site Mic.com.

Cependant, cette révolution n’est pas née uniquement à cause de leurs chansons pop les plus célèbres. La télévision qui à cette période a fait son apparition dans de nombreux foyers et les changements sociaux des années 60 ont contribué aussi à la naissance de la culture pop.

Mais il existe également d’autres raisons pour lesquelles aucun groupe ne sera jamais aussi grand que les Beatles, ou du moins pas dans l’état actuel de l’industrie musicale. La remise des Grammys a été significative de l’état actuel du secteur.

Lors des Grammys 2015, Max Martin a été couronné producteur de l’année pour avoir produit et co-écrit 7 des 10 titres de l’année, ce qui montre que notre goût en matière de musique pop est bel et bien devenu standardisé.

1. Aucun groupe ne pourrait se permettre de créer sa musique comme le faisaient les Beatles

Aucun groupe ne pourrait de nos jours atteindre les niveaux de création des Beatles qui ne faisaient aucune tournée lorsqu’ils étaient en studio en train d’enregistrer leurs albums expérimentaux et révolutionnaires. Les Beatles ont donné leur dernier concert en août 1966, mois de la sortie de « Revolver », leur dernier album de pop classique. Comme l’explique Ringo Starr, le public ne venait pas pour écouter leur spectacle. Les fans venaient les voir et leur musique était tout simplement noyée parmi les cris.

Actuellement, les groupes sont obligés de parcourir le monde sans arrêt et de donner des concerts afin de soigner leur renommée et parce qu’il est impossible de vivre uniquement de la vente d’albums.

2. Aucun groupe ne pourrait gagner de l’argent de la même manière que les Beatles

Les albums ne se vendent plus. De l’album « 1989 » de Taylor Swift, actuel numéro un du classement, à peine 71.000 exemplaires ont été écoulés. Par contre, « Please, Please me » des Beatles n’a été considéré un succès qu’après avoir atteint les 250.000 ventes. Les artistes pop sont aujourd’hui obligés de vendre de grandes astronomiques d’albums, de places de concerts et d’objets de marketing en tous genres s’ils veulent réaliser des profits.

3. Les fans ne se comportent plus de la même façon

De nos jours, même si les ventes ou le streaming peuvent être monétisés, il est devenu particulièrement difficile pour un artiste de toucher encore vraiment le grand public avec sa musique. A ce point de vue, les choses étaient plus faciles pour les Beatles. Il y avait en effet moins de concurrence dans les années 60. Actuellement, les options d’enregistrement à domicile à moindre frais sont multiples et permettent de produire un  album de qualité professionnelle. La musique en streaming et la culture du « libre » ont permis aux artistes actuels de gérer leur propre carrière et de diffuser librement leur musique. Mais cela a aussi généré une quantité énorme de musiques, de genres et d’albums dont les consommateurs sont bombardés. Il y a tellement d’artistes et de canaux de distribution que les auditeurs ne se focalisent pas sur un seul artiste ou album. Plusieurs études ont montré que la moitié des consommateurs ont l’habitude de passer à une autre chanson avant même la fin du morceau à l’écoute.

Face à cette situation, l’industrie musicale s’est orientée vers l’homogénéité plutôt que vers l’innovation. La meilleure façon de s’assurer qu’un album sera vendu est de faire en sorte qu’il ressemble à d’autres albums dont le succès a déjà été confirmé, raison pour laquelle la musique actuelle ne cesse de perdre ses variétés de timbres et d’instrumentalisations.

En conclusion, l’industrie musicale ne cherche plus activement des groupes talentueux et innovants comme les Beatles. Si par hasard, les producteurs trouvent un groupe prometteur, ils n’investissent plus de temps ni d’argent pour lui permettre de s’affirmer. En collaboration avec des équipes de scénaristes, ils lancent régulièrement de nouveaux artistes qui sont fournis à la chaîne avec des morceaux faits sur mesure par des producteurs comme Max Martin. Quand le public est lassé de les voir et de les entendre, il faut faire place à une nouvelle série d’artistes.

Par bonheur, la musique des Beatles est intemporelle et nous pouvons encore pleinement en profiter.