Pourquoi le milliardaire Peter Thiel construit-il un luxueux bunker de fin du monde en Nouvelle-Zélande ?

La Nouvelle-Zélande est l’endroit idéal pour les personnes fortunées qui souhaitent se reposer en cas d’effondrement sociétal (ou autre catastrophe potentielle de leur choix). Ces dernières années, l’île a été très demandée par les entrepreneurs de la Silicon Valley. Par exemple, le milliardaire Larry Page, cofondateur de Google, a récemment obtenu une résidence en Nouvelle-Zélande dans une catégorie réservée aux investisseurs fortunés. Peter Thiel, cofondateur de PayPal et l’un des premiers investisseurs de Facebook, est là depuis bien plus longtemps. Il se fait même construire un manoir dans les collines un peu spécial.

Pourquoi est-ce important ?

La Nouvelle-Zélande, qui compte environ 5 millions d'habitants, est souvent mentionnée avec ce qu'on appelle les "preppers" - les personnes qui se préparent aux événements catastrophiques et qui menacent l'humanité. Il existe même un site web spécialisé destiné aux personnes qui veulent anticiper le Jugement dernier. Mais pourquoi la Nouvelle-Zélande joue-t-elle un rôle de premier plan dans les rêves apocalyptiques des capitaines d'industrie à priori "sérieux" ?

Bien avant Larry Page, Peter Thiel avait sa deuxième (ou troisième ? quatrième ?) maison dans l’État insulaire. Le milliardaire de la tech, qui a cofondé le géant des données Palantir, possédait déjà une résidence sur l’île du sud-ouest du Pacifique lorsqu’il y a acheté un autre domaine de 13,5 millions de dollars en 2015.

Lac Wanaka

Aujourd’hui, selon CNBC, il a soumis des plans pour construire un manoir creusé dans les collines sur les rives du lac Wanaka.

Les dessins architecturaux du manoir, conçus par l’architecte du stade olympique de Tokyo, Kengo Kuma and Associates, montrent ce qui ressemble presque à un bunker de fin du monde élégant, avec un espace de vie suffisant pour 24 personnes.

Kengo Kuma a indiqué dans un communiqué de presse que le manoir a été « conçu comme une architecture organique qui se fond dans le paysage. »

« La conception et l’emplacement soignés des bâtiments dans le paysage sont réfléchis et reconnaissent le cadre paysager. La conception sympathique comprend un toit vert, qui utilisera la même palette de plantes rustiques naturelles que les collines dans lesquelles se trouve la zone résidentielle », a déclaré Jo Fyfe, planificateur principal chez John Edmonds and Associates, qui a évalué l’impact environnemental de la future structure.

Source: ZeroHedge

L’obsession de Thiel

L’intérêt de Thiel pour la Nouvelle-Zélande est certainement alimenté par son obsession pour Tolkien, rapporte The Guardian : il a baptisé au moins cinq de ses entreprises du nom du « Seigneur des anneaux » et, adolescent, il rêvait de jouer aux échecs contre un robot avec lequel il pourrait discuter des livres.

Son désir de s’installer sur l’île est également dû à l’abondance d’eau propre qui y règne et à la commodité des vols de nuit depuis la Californie. Mais cet amour aurait été principalement motivé par The Sovereign Individual, un pamphlet apocalyptique de James Dale Davidson et William Rees-Mogg (le défunt père d’un député conservateur britannique).

The Sovereign Individual brosse un tableau sombre d’un avenir post-démocratique. Les analogies avec l’effondrement médiéval des structures de pouvoir féodales sont nombreuses (parfois un peu tirées par les cheveux, selon The Guardian). Mais le texte parvient aussi, une décennie avant l’invention du bitcoin, à faire des prophéties impressionnantes sur l’avènement de l’économie en ligne et des cryptomonnaies.

Avec une autre détail frappant : un thème central de l’ouvrage est la genèse d’une « élite cognitive ». Des patrons de la technologie (en effet…), qui choisissent un État insulaire peu peuplé pour diriger un nouvel ordre mondial. Quelle île ? Vous l’avez deviné : la Nouvelle-Zélande. La mégalomanie gagnerait-elle certains milliardaires de la tech ?

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés