Pour atteindre ses ambitieux objectifs, Disney+ va revoir à la hausse le prix de ses abonnements

Après une première année record, Disney a revu ses objectifs pour sa plateforme de streaming. Une stratégie quelque peu mise à mal par la pandémie de coronavirus, mais la firme persiste et signe et cela ne sera pas sans conséquence pour les abonnés de Disney+: les abonnements coûteront à l’avenir plus cher.

Les deux dernières années ont été difficiles pour Disney. Ses parcs d’attractions ont en effet dû fermer leurs portes, de même que les salles de cinéma, entrainant une fréquentation dramatique. Fort heureusement, la firme aux grandes oreilles a pu compter sur son service de streaming pour continuer à divertir les gens et rapporter de l’argent. Au cours de sa première année, Disney+ a plus que surpassé les attentes de la firme, de sorte qu’elle a revu ses objectifs à la hausse. Mais pour que le conte de fées continue, Disney va devoir poursuivre ses investissements colossaux.

Du retard et des objectifs peu ambitieux

Avec la pandémie, de nombreux tournages de productions Disney+ ont été retardés, voire reportés, mettant à mal le calendrier de sortie de la plateforme. Fort heureusement, la firme aux grandes oreilles a pu profiter de son catalogue de propriétés intellectuelles 5 étoiles pour attirer et fidéliser les abonnés, du moins pendant un temps.

Or, pour atteindre ses nouveaux objectifs – entre 230 et 260 millions d’abonnés d’ici 2024 contre les 60 à 90 millions d’abonnés en 2024 prévus au lancement de la plateforme – et arriver à rattraper voire dépasser son principal concurrent qu’est Netflix, Disney a conclu qu’il devait augmenter de manière significative ses productions et donc, ses investissements.

Les retards cumulés en raison de la pandémie et le constat que ses premiers objectifs de productions est insuffisant font que l’offre de Disney+ est finalement inférieure à ce que souhaite proposer l’entreprise, a indiqué Bob Chapek, PDG de Disney, lors de l’appel aux résultats du premier trimestre de la société. Il a tout de même souligné être récemment parvenu à redresser la barre pour l’un des objectifs de Disney, à savoir proposer un nouveau contenu chaque semaine.

Augmenter les prix pour produire plus

Mais pour continuer dans cette voie et atteindre les 230 à 260 millions d’abonnés d’ici 2024, Disney va devoir investir davantage d’argent dans ses productions propres. Or, la reprise de ses parcs d’attractions et de la fréquentation des salles obscures va certainement prendre du temps. De sorte que la solution la plus facile pour Disney est de revoir les tarifs de sa plateforme de streaming à la hausse.

La firme aux grandes oreilles a en effet une carte à jouer à ce niveau puisque Disney+ est encore aujourd’hui plus accessible que Netflix. La rumeur d’une augmentation de prix de la part du leader des plateformes de streaming circule d’ailleurs.

On peut donc s’attendre à ce que Disney augmente ses prix au cours de cette année, car, comme l’a indiqué son PDG, on ne peut pas s’attendre à ce que Disney+ soit proposé à 8$/mois ou 80$/an pour toujours. Et cette possible augmentation ne sera certainement pas la seule.

« D’ici 2023, nous voulons atteindre un état stable, ce qui est encore plus élevé que ce que nous avons actuellement », a en effet indiqué Bob Chapek. « Et je pense que cela nous donnera l’élan nécessaire pour augmenter encore plus ce rapport prix/valeur et avoir ensuite la flexibilité, si nous le décidons, d’envisager des augmentations de prix sur notre service. Mais tout est une question de contenu, de contenu, de contenu ». Or, plus de contenus signifient plus de valeur et cela justifie des prix plus élevés.

« Et nous sommes optimistes quant à notre futur contenu à l’avenir, non seulement en termes de qualité, mais aussi en termes de quantité. Et c’est vraiment ce qui motive notre optimisme pour ce que nous pourrions considérer comme le pouvoir de fixation des prix que nous aurions à l’avenir », a-t-il ajouté.

Une offre financée par la publicité

Pour contrebalancer cette augmentation de prix, Disney pourrait se reposer sur sa future nouvelle formule en partie financée par la publicité. L’entreprise américaine a en effet confirmé le développement d’une telle offre qui pourrait convaincre davantage de personnes à s’abonner à la plateforme de streaming. Le prix doit encore être dévoilé.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20