Plutôt de bonnes nouvelles concernant le variant omicron

Bien qu’il ne fasse aucun doute que le nouveau variant omicron est plus contagieux, de plus en plus de données suggèrent qu’il n’entraîne pas une maladie plus grave et que les vaccins existants fonctionnent assez bien contre lui. Il n’est pas encore possible de l’affirmer avec certitude, mais il se pourrait qu’avec omicron, nous fassions une bonne opération.

Pourquoi est-ce important ?

Selon des épidémiologistes, une réinfection qui n'est pas associée au risque de symptômes chroniques n'est peut-être pas une si mauvaise chose. Si omicron peut contourner les vaccins tout en provoquant une maladie moins grave, c'est probablement un pas dans la bonne direction, estiment-ils.

Le virus Covid-19 se propage plus rapidement que jamais en Afrique du Sud, a déclaré hier le président du pays, mais dans le même temps, il est de plus en plus évident qu’ omicron provoque des symptômes moins graves que les autres variants du virus. Les chercheurs d’un grand complexe hospitalier de Pretoria ont signalé que leurs patients atteints du coronavirus étaient beaucoup moins malades que ceux qu’ils avaient traités auparavant, et que d’autres hôpitaux observaient des tendances similaires. En fait, la plupart de leurs patients infectés ont été admis pour d’autres raisons et ne présentaient même pas les symptômes du Covid.

Pour être clair, les scientifiques mettent en garde contre les conclusions hâtives. Le variant n’a été découvert que le mois dernier et des recherches supplémentaires sont nécessaires avant que les experts ne puissent se prononcer avec certitude à son sujet. En outre, l’impact réel du coronavirus n’est pas toujours ressenti immédiatement, les admissions à l’hôpital et les décès étant souvent très tardifs par rapport aux infections initiales. Mais le variant omicron circule depuis bien plus longtemps qu’on ne l’avait d’abord soupçonné, et même les épidémiologistes de Johns Hopkins, qui ont été très bien informés depuis le début de la pandémie de coronavirus, estiment que ce qu’ils entendent de l’Afrique du Sud « ne les surprend pas vraiment ».

Plus d’infections, moins de patients en soins intensifs

Le variant omicron s’est répandu rapidement et a été détecté à ce jour dans plus de 30 pays sur six continents. Les responsables de la santé et les chercheurs affirment qu’il pourrait s’agir de la forme la plus contagieuse du virus à ce jour et qu’elle pourrait bientôt supplanter le variant Delta qui est apparu comme la forme dominante l’année dernière. Cela a alimenté les craintes qu’un monde impatient de sortir de deux années de privation ne se dirige vers un nouveau cycle de maladie, de confinement et de souffrances économiques.

Un rapport publié ce week-end par les médecins du complexe hospitalier académique Steve Biko et du district de Tshwane à Pretoria, la capitale administrative de l’Afrique du Sud, offre le plus fort soutien à ce jour pour une perspective plus optimiste sur omicron.

Le directeur du Bureau de recherche sur le VIH/sida et la tuberculose du Conseil sud-africain de la recherche médicale a examiné les 42 patients atteints du coronavirus qui étaient hospitalisés jeudi dernier et a constaté que 29 d’entre eux, soit 70 %, n’avaient pas besoin d’être sous oxygène. Sur les 13 qui ont bénéficié d’une assistance, quatre l’ont fait pour des raisons non liées au Covid.

Un seul de ces 42 patients était en soins intensifs, ce qui correspond aux chiffres publiés la semaine dernière par l’Institut national des maladies transmissibles d’Afrique du Sud, selon lesquels seuls 106 patients étaient en soins intensifs au cours des deux dernières semaines, malgré l’augmentation considérable des infections.

Les vaccins fonctionnent-ils ?

La plupart des patients ont été admis « pour des diagnostics sans rapport avec le Covid-19 », selon le rapport, et leur infection « est une découverte fortuite chez ces patients et est largement motivée par la politique de l’hôpital qui exige des tests pour tous les patients ». Selon le rapport, deux autres grands hôpitaux de la province de Gauteng, dont Pretoria et Johannesburg, présentent des taux encore plus faibles de patients infectés nécessitant de l’oxygène.

Le Dr Abdullah a déclaré dans une interview qu’il était entré dans un service Covid et que la situation y était méconnaissable par rapport aux phases précédentes de la pandémie. « Sur les 17 patients, quatre étaient sous oxygène », a-t-il précisé. « C’est la même chose que dans un service normal lors de mes tournées. »

M. Abdullah a également examiné les 166 patients atteints du coronavirus admis au complexe de Biko-Tshwane entre le 14 et le 29 novembre, et a constaté que leur durée moyenne d’hospitalisation n’était que de 2,8 jours et que moins de 7 % d’entre eux étaient décédés. Au cours des 18 derniers mois, le séjour moyen de ces patients était de 8,5 jours et 17 % étaient décédés.

80% des 166 patients avaient moins de 50 ans et des chiffres similaires ont été signalés dans tout Gauteng – un contraste frappant avec les cohortes précédentes de patients Covid hospitalisés, qui étaient pour la plupart plus âgés. Cela pourrait être dû au fait que l’Afrique du Sud a un taux de vaccination relativement élevé chez les personnes de plus de 50 ans et un faible taux de vaccination chez les plus jeunes, mais l’une des grandes inconnues concernant l’ omicron est de savoir si les vaccins existants offrent une forte protection contre lui.

La prudence dans l’interprétation du rapport du Dr Abdullah s’explique en partie par le fait que les chiffres sont relativement faibles, que les résultats n’ont pas fait l’objet d’un examen par des pairs et qu’il ne sait pas combien de patients étaient atteints d’omicron , par opposition à d’autres variants du coronavirus – bien que le gouvernement ait indiqué la semaine dernière que les trois quarts des échantillons du virus en Afrique du Sud étaient déjà contaminés par ce variant. M. Abdullah a reconnu ces inconvénients, notant qu’il pourrait y avoir un délai entre l’apparition d’ omicron et une augmentation des maladies graves et des décès. Mais jusqu’à présent, malgré l’augmentation considérable des cas, le nombre de décès dus au Covid en Afrique du Sud n’a pas augmenté.

Pourquoi omicron pourrait être une bonne nouvelle

Si l’omicron continue à montrer des signes plus doux que le Delta, c’est évidemment une bonne nouvelle. Mais si omicron se propage également plus rapidement que Delta, cela pourrait être une très bonne nouvelle, selon un groupe de virologues. Lorsque deux variants sont en circulation, celui qui infecte plus rapidement un plus grand nombre de personnes aura tendance à dominer l’autre. Ce variant pourrait l’emporter, soit parce qu’il se réplique plus rapidement dans ses hôtes humains et qu’il se propage plus efficacement entre eux, soit parce qu’il contourne plus habilement l’immunité dont nous disposons déjà.

Ce dernier point, l’évasion immunitaire, semble particulièrement effrayant ; après une lutte acharnée pour rester en bonne santé jusqu’à l’arrivée des vaccins, ou une lutte acharnée contre le virus lui-même, personne ne veut s’entendre dire qu’il est à nouveau vulnérable. Mais un variant de réinfection qui n’est pas associé au risque de symptômes chroniques pourrait ne pas être une si mauvaise chose, selon les épidémiologistes. Si omicron peut contourner les vaccins tout en provoquant une maladie moins grave, c’est probablement un pas dans la bonne direction, estiment-ils.

Un inconvénient possible d’un omicron super-infectieux (ou qui évite le système immunitaire) et soft serait que ceux qui le contractent n’auront pas beaucoup de protection par la suite. Après tout, les cas légers de Covid peuvent ne pas amener le système immunitaire à produire autant d’anticorps que les cas plus graves.

Quoi qu’il en soit, cela reste un sujet en débat. Certains immunologistes pensent qu’une infection légère n’exclut pas nécessairement une forte réponse immunitaire. Une fois que vous avez une infection productive, votre système immunitaire est activé, expliquent-ils. Même si vous ne vous sentez pas malade, votre corps peut être en train de fabriquer des anticorps et de former des lymphocytes T pour combattre l’envahisseur la prochaine fois qu’il se présentera. En stimulant une réponse immunitaire, même relativement faible, chez un nombre suffisant de personnes, une nouvelle version répandue du virus contribuerait grandement à préparer la population mondiale à l’avenir.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20