Les pistes de ski françaises ferment en masse à cause de la chaleur

Avec le réchauffement climatique, quel avenir pour les pistes de ski des Alpes et des Pyrénées ? La question est aussi brûlante que le temps est doux ces derniers jours, et qu’il laisse des pistes de ski vertes et herbeuses.

Pourquoi est-ce important ?

La question de savoir si le réchauffement climatique entraînera la réduction ou l'adaptation de certains secteurs économiques n'est pas une question théorique pour les pistes de ski en Europe depuis plusieurs années, mais une dure réalité.

Dans l’actualité : Il fait trop chaud pour skier dans de nombreux endroits des Alpes et des Pyrénées.

Les détails :

  • Au début de l’année, près de la moitié des pistes de ski en France étaient fermées en raison du manque de neige. Cela ressemble souvent à une histoire de tout ou rien : certains domaines skiables ont la chance de recevoir des chutes de neige fraîches, tandis qu’ailleurs, les exploitants ne savent pas quoi faire de leurs pistes vertes et herbeuses.
  • Cependant, les choses s’annonçaient encore bien à la mi-décembre, avec plus de neige que la moyenne. Mais en raison des températures exceptionnellement chaudes de ces deux dernières semaines – comme en Belgique, des records historiques de température ont été mesurés en France au tournant de l’année – dans les régions de ski françaises comme les Pyrénées ou les Alpes du Nord, la neige a largement fondu, surtout à basse altitude. Dans les Alpes du Sud, plus méridionales, il y a encore assez de neige pour le ski.
Météo France
  • Les températures chaudes de cet hiver – et surtout le constat que la situation semble empirer d’année en année – relancent le débat sur l’avenir à long terme de l’industrie des sports d’hiver.
  • « Pour chaque augmentation de 1 degré de la température, la limite des neiges s’élève d’environ 150 mètres. Par conséquent, moins de neige s’accumulera à basse altitude. Près de la moitié des stations de ski en Suisse, et encore plus en Allemagne, en Autriche et dans les Pyrénées, auront du mal à attirer les touristes et les amateurs de sports d’hiver à l’avenir », avait déjà prédit l’Agence européenne pour l’environnement.

Gagnants et perdants :

  • L’avenir semble particulièrement sombre pour les stations de ski de basse altitude. Certaines tentent de sauver leur activité avec de la neige artificielle, mais on peut se demander si cette solution est durable, tant sur le plan financier qu’écologique.
  • Pour les domaines skiables de haute altitude, la situation est tout à fait différente : étant donné qu’ils restent normalement assurés d’avoir de la neige même si le réchauffement climatique se poursuit, ils deviennent plus exclusifs et peut-être plus convoités.
  • L’industrie des sports d’hiver est également en danger ailleurs en Europe, comme en Suisse. Pour la saison 2020-2021, plus de la moitié des pistes des Alpes suisses ont déjà dû être recouvertes de neige artificielle.
  • Il n’y a aucune amélioration en vue. Selon l’Institut météorologique suisse, 2022 a été de loin l’année la plus chaude en Suisse depuis le début des relevés. Et la nouvelle année 2023 commencera avec de nouveaux records de chaleur.

Temps de printemps

  • Dans les Pyrénées, les commerçants locaux font de la nécessité une vertu en rouvrant les activités typiques du printemps, comme les grandes randonnées.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20