Les pilotes ukrainiens et russes tâtonnent avec les missiles, mais il y a une bonne raison à cela

Dans la guerre en Ukraine, les pilotes de chasse russes et ukrainiens utilisent des tactiques peu orthodoxes. Au lieu de bombarder directement l’ennemi avec des missiles, ils les tirent en l’air. Il y a cependant une très bonne raison à cela.

L’invasion de l’Ukraine devait être un jeu d’enfant selon le Kremlin, et en trois jours, Kiev tomberait. L’une des raisons pour lesquelles la Blitzkrieg a failli se transformer en une guerre de tranchées est le manque de soutien aérien russe.

Missile non guidé

En raison de la crainte de perdre des avions de chasse (coûteux), de l’entraînement insuffisant des pilotes russes, de la pénurie de munitions de précision et des faibles capacités de planification et de coordination, la Russie (bien qu’elle l’ait revendiqué dès le premier jour de l’invasion) n’a toujours pas conquis l’espace aérien ukrainien. Les pilotes russes et ukrainiens continuent de survoler le front tous les jours pour larguer des missiles, bien que cela ne se passe pas aussi bien qu’on pourrait le croire.

Tout d’abord, les deux forces aériennes utilisent principalement des projectiles non guidés : des deux côtés, il y a une grave pénurie de missiles guidés vers leur cible par des signaux GPS ou des lasers. Les missiles non guidés ne sont pas non plus simplement tirés directement sur une cible. Les avions de chasse volent souvent au ras du sol, pour ensuite décoller soudainement et lancer un certain nombre de missiles dans le ciel.

Comment larguer ses bombes

Cette tactique, qui était déjà utilisée par l’armée américaine dans les années 1940, est appelée « lofting » ou « tossing ». L’équipage d’Enola Gay, le bombardier B-29 Stratofortress qui a largué une bombe atomique sur Hiroshima le 6 août 1945, a également utilisé cette technique.

Le bombardier a soudainement grimpé et a largué sa bombe en se dirigeant vers le haut à un angle de 45 degrés. De cette façon, l’avion pouvait se détourner rapidement après, pour ne pas avoir à survoler le lieu de l’impact. C’était une méthode à ne pas négliger, surtout en cas d’explosion atomique. La vidéo ci-dessous montre les différentes façons dont un avion peut bombarder sa cible.

Même après la Seconde Guerre mondiale, le bombardement à la volée était encore une technique courante pour les pilotes de chasse. Pendant la guerre du Kippour en 1973, par exemple, les pilotes israéliens ont utilisé cette technique pour se tenir à distance des systèmes antiaériens égyptiens et syriens : en libérant les bombes ou les missiles au bon moment, ceux-ci peuvent voler beaucoup plus loin, tandis que l’avion lui-même peut s’éloigner de plusieurs kilomètres de sa cible.

Moins précis

Ce type de bombardement est désormais également appliqué au-dessus de l’Ukraine. Les deux camps volent avec (approximativement) le même matériel et tirent essentiellement les mêmes missiles, les roquettes S-8 de 80 millimètres fabriquées par l’Union soviétique. Ces projectiles ont normalement une portée de quatre kilomètres, mais en les tirant depuis un avion avec un angle d’inclinaison correct, ils peuvent parfois atteindre le double.

En termes de précision, toutefois, cette technique n’est pas terrible. Les roquettes sont normalement tirées par paires, mais en cas de bombardement massif, les pilotes tirent souvent des nacelles entières de roquettes en une seule fois. Celles-ci se déplacent effectivement vers l’ennemi, mais l’endroit exact où elles atterrissent est beaucoup plus difficile, voire impossible à coordonner.

Bien qu’il soit encore utilisé aujourd’hui, le bombardement en tossing appartient en fait au passé. En particulier en Occident, où les États membres de l’OTAN disposent tous de missiles guidés ultramodernes, et où une telle tactique est tout simplement inutile. Les hélicoptères Boeing AH-64 Apache, par exemple, peuvent transporter des missiles Hellfire à guidage laser capables d’atteindre des cibles situées jusqu’à 11 kilomètres de distance. L’Ukraine et la Russie disposent également d’un missile similaire, le Vikhr, mais il n’y en a tout simplement pas assez pour les utiliser en combat à grande échelle.

Pourtant, il y a encore un avenir pour les roquettes S-8 non guidées. L’armée ukrainienne a partagé une vidéo avec un pick-up portant un lance-roquettes. Le conducteur peut utiliser un joystick pour tirer les fusées, et avec la vitesse et la maniabilité d’une simple voiture, ce système semble être un atout supplémentaire. Mais dans tous les cas, des projectiles guidés restent la meilleure option (mais qui s’avère plus coûteuse) aujourd’hui comme pour les conflits à venir.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20