Construction de petits réacteurs nucléaires SMR : Les États-Unis et le Japon vont coopérer plus étroitement sur les technologies les plus avancées

La première et la troisième des économies du monde vont unir leurs forces pour accélérer la transition énergétique. Cette annonce a été faite à la suite d’une réunion entre la ministre américaine de l’Énergie, Jennifer Granholm, et le ministre japonais de l’Économie, Yasutoshi Nishimura, en début de semaine. Plus précisément, la déclaration commune prévoit un partenariat autour du développement et de la construction de petits réacteurs modulaires (SMR) : des mini-réacteurs nucléaires.

Pourquoi est-ce important ?

Dans le monde de l'énergie nucléaire, il existe de nombreuses innovations technologiques intéressantes. Les SMR, par exemple, commencent à devenir une alternative de plus en plus populaire aux centrales nucléaires traditionnelles dans le monde entier. Entre autres, le milliardaire de la technologie Bill Gates et le président français Emmanuel Macron sont de fervents partisans de ces mini-réacteurs nucléaires, qui pourraient devenir un élément important de la transition énergétique. Après tout, la production d'énergie nucléaire ne dégage aucun CO₂, et les SMR sont considérés comme plus rentables que les centrales traditionnelles.

Dans l’actualité : le 9 janvier, le secrétaire américain à l’Énergie et le ministre japonais de l’Économie se sont rencontrés à Washington pour discuter de la situation énergétique mondiale.

  • Dans le cadre de ce processus, ils ont convenu de renforcer la coopération en matière de transition énergétique.
  • Les énergies propres, « y compris les énergies renouvelables (solaire et éolienne, ndlr), les technologies à haut rendement énergétique (batteries), l’énergie nucléaire, l’énergie géothermique et la production et l’utilisation d’hydrogène et d’ammoniac », doivent être développées et encouragées autant que possible.
  • Les politiques américains et japonais « ont l’intention de cultiver les opportunités de coopération dans le domaine de l’énergie nucléaire, telles que le développement et la construction de réacteurs avancés de nouvelle génération, y compris les SMR, tant dans les deux pays que dans des pays tiers. »
  • Les deux pays ont également l’intention de travailler à « maximiser » l’utilisation des réacteurs existants et à établir une chaîne de production « robuste » pour les composants et le combustible nucléaires, comme l’uranium, ont déclaré les ministres.

Inversion de la politique

Contexte : L’année dernière, les États-Unis ont approuvé pour la première fois la conception d’un SMR. Le décor est planté : la superpuissance peut désormais entrer dans la course à la construction de mini-centrales nucléaires.

  • Le Japon, quant à lui, a changé d’attitude à l’égard de l’énergie nucléaire en raison de la crise énergétique, ce qui était impensable il y a quelques années, avec la catastrophe de Fukushima encore à l’esprit.
  • L’inversion de la politique de Tokyo vise également à atteindre les objectifs de réduction des émissions de carbone. En effet, la consommation de charbon, entre autres, augmente à nouveau dans cet État insulaire d’Asie de l’Est.

50 projets SMR dans le monde

  • La « proposition de vente unique » des SMR : la principale différence avec les centrales nucléaires classiques est que les SMR peuvent simplement être produits dans des usines, puis assemblés sur place. Cela pourrait contourner en partie les coûts et les risques élevés des centrales classiques.
  • Une cinquantaine de projets SMR sont en cours dans le monde, indique le site web du Forum nucléaire.
  • Pour certains, comme le HTR-PM en Chine, les travaux de construction sont terminés.
  • En fait, deux SMR sont déjà opérationnels : les deux réacteurs à bord du navire russe Akademik Lomonosov ; une centrale nucléaire sur un bateau portant le nom du scientifique Mikhail Lomonosov.
  • D’autres mini-réacteurs sont en cours d’installation au Canada, en Chine, en France, en Pologne, en Russie, aux États-Unis et au Royaume-Uni. La Suède étudie également cette possibilité.
  • En Belgique, le centre de recherche nucléaire SCK CEN et le bureau d’études Tractebel sont prêts à poursuivre le développement de cette nouvelle technologie.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20