Novartis et Roche sanctionnés en France, Test Achats s’impatiente: ‘Le dossier n’a pas reçu la même attention chez nous’

EPA-EFE/GEORGIOS KEFALAS

Alors que l’autorité française de la concurrence a condamné Roche, Novartis et Genentech pour pratiques abusives, l’organisation de consommateurs Test Achats rappelle mercredi attendre une décision également en Belgique pour sa plainte déposée en 2014. Elle espère que ce dossier trouvera aussi une issue positive pour les patients en Belgique. Novartis réfute cependant les accusations de pratiques anti-concurrentielles.

L’autorité française de la concurrence a infligé mercredi une amende record de 444 millions d’euros aux laboratoires Novartis, Roche et Genentech, accusés de pratiques abusives pour préserver les ventes d’un médicament traitant la dégénérescence maculaire (Lucentis) au détriment d’un traitement concurrent moins cher (Avastin).

Ce dernier a un coût 30 fois moins élevé. Dans ce dossier, Test Achats a également déposé plainte fin 2014 auprès de l’Autorité belge de la concurrence contre les firmes Novartis et Roche, déjà condamnées en Italie à une amende de plus de 182 millions d’euros. L’organisation de consommateurs juge logique que ces géants pharmaceutiques soient également sanctionnées en Belgique.

‘Le dossier n’a pas reçu la même attention chez nous’

‘Mais le dossier n’a pas reçu la même attention chez nous qu’en Italie ou en France’, déplore l’organisation. ‘Le dossier ne constitue pas une priorité pour l’Autorité belge de la concurrence. Pourtant, selon le syndicat belge des oculistes, le montant gaspillé dans notre pays s’élève à quelque 200 millions d’euros pour une période de 5 ans entre 2009 et 2014. Ce qui, fin 2019, selon certaines sources, donnerait un montant d’un demi-milliard d’euros.’

Dans une réaction, le groupe Novartis se dit déçu de la décision de l’Autorité française de la concurrence (AFC) et réfute les accusations de pratiques anti-concurrentielles. « Novartis croit fermement que l’entreprise a agi de manière appropriée et en conformité avec toutes les lois et réglementations applicables », en France comme en Belgique, ajoute-t-il. Il a l’intention de faire appel de la décision. Concernant l’enquête belge, le groupe indique collaborer avec l’Autorité de la concurrence.