Un pays a trouvé comment soulager son système de santé de 5 milliards de dollars : bannir totalement le tabac

En 2023 la Nouvelle-Zélande sera le premier pays au monde à bannir complètement le tabac. La mesure sera techniquement progressive, mais assurera que les habitants du pays actuellement âgés de 14 ans ou moins n’auront jamais la possibilité d’acheter légalement l’herbe à Nicot.

Pourquoi est-ce important ?

La mesure doit permettre aux générations suivantes de vivre plus longtemps et en meilleure santé, tout en soulageant grandement le système de soins de santé du pays des ravages à long terme du tabagisme.

Dans l’actu : première mondiale en 2023 : la Nouvelle-Zélande mettre en pratique son grand projet de devenir le premier pays au monde à bannir – progressivement – le tabac.

« Smoke-free » en 2025

  • Le pays va progressivement relever l’âge minimal pour acheter du tabac – fixé pour l’instant à 18 ans. Le but est de couper complètement les générations à venir de toute possibilité de commencer à fumer, ce qui se fait généralement durant l’adolescence.
  • Si le système fonctionne, toute personne en Nouvelle-Zélande née en 2009 ou après ne devrait jamais être en contact avec le tabac. Le pays se veut « smoke-free » pour 2025.
  • Les générations plus anciennes pourront encore se procurer du tabac, mais celui-ci contiendra de moins en moins de nicotine. En outre, le nombre de magasins autorisés à en vendre chutera drastiquement : l’archipel en compte actuellement 6.000, et ce nombre sera réduit à 600 échoppes.
  • Le pays a également augmenté le financement des services et des campagnes de santé. Des services d’aides au sevrage du tabac seront mis en place en particulier pour les communautés de Māori et de peuples du Pacifique, fort touchées par le tabagisme.

« Des milliers de personnes vivront plus longtemps et en meilleure santé, et le système de santé s’en trouvera amélioré de 5 milliards de dollars, car il n’aura plus besoin de traiter les maladies causées par le tabagisme, comme de nombreux types de cancer, des crises cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux, des amputations. »

Ayesha Verrall, ministre associée à la Santé en Nouvelle-Zélande, citée par The Guardian

Contrebande et vapotage massif ?

À l’avenir : la peur de voir s’installer la contrebande, mais aussi des inconnues sur l’évolution du comportement des (derniers) consommateurs.

  • Les données publiées en novembre ont montré que le nombre de personnes fumant quotidiennement était tombé à 8 % – contre 9,4 % l’année dernière – marquant les taux les plus bas depuis le début des enregistrements.
  • Dur toutefois d’empêcher l’entrée dans le pays à une marchandise aussi discrète qu’un paquet de cigarettes. « Des éléments indiquent que la quantité de produits du tabac introduits en contrebande en Nouvelle-Zélande a considérablement augmenté ces dernières années et que des groupes criminels organisés sont impliqués dans la contrebande à grande échelle » admettait le gouvernement l’année dernière.
  • En outre, ces nouvelles lois ne concernent pas les vapoteuses ; une habitude de consommation qui a largement remplacé le tabac chez les jeunes générations, et dont l’usage croît. 8,3 % des adultes vapotent désormais quotidiennement, contre 6,2 % l’année dernière.
  • L’allègement des taux de nicotine dans les cigarettes a aussi fait craindre une augmentation de la consommation des fumeurs, qui auraient besoin de plus de cigarettes pour obtenir leur dose. Une mesure qui pèserait économiquement très fort sur les catégories les plus démunies de la population, qui sont d’ailleurs surreprésentées chez les fumeurs.
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20