Nouveau problème pour Erdogan : les médecins quittent désormais la Turquie par milliers

Selon l’Association médicale turque, la plus grande association de professionnels de la santé du pays, plus de 1 400 médecins turcs ont émigré à l’étranger l’année dernière. Cela représente un tiers du nombre total de médecins qui ont émigré au cours des dix années précédentes combinées. L’exode ne fera qu’empirer : actuellement, l’association des médecins est inondée de demandes de certificats dont les médecins ont besoin pour travailler à l’étranger.

La dégradation de l’économie et la hausse de l’inflation, qui a rapproché les salaires de certains médecins du niveau du salaire minimum, ont fait basculer beaucoup d’entre eux. Ils sont de plus en plus nombreux à chercher de meilleures opportunités à l’étranger. Les médecins turcs se plaignent également d’une charge de travail exténuante, d’une perte radicale de respect pour la profession sous le régime d’Erdogan et d’une augmentation de la violence physique de la part de leurs propres patients.

Les soins de santé sont pourtant la profession phare de Recep Tayyip Erdogan, qui a poli sa propre réputation en développant les soins de santé universels pendant ses 18 années au pouvoir. C’est l’une de ses plus grandes réussites. Mais les pressions exercées par les remaniements effectués par Erdogan, en plus de celles causées par la pandémie – et maintenant par l’inflation galopante – ont miné les professionnels dont dépend le système de santé.

Les réformes d’Erdogan

Pendant longtemps, les changements d’Erdogan ont porté leurs fruits. La Turquie est depuis longtemps fière de la qualité de ses écoles de médecine et de ses professionnels de la santé. Ces dernières années, elle a développé un secteur privé de la santé florissant. Quinze nouveaux hôpitaux de grandes villes ont été construits afin de développer les services de santé tout en élargissant l’accès du public.

Le ministre de la Santé a récemment salué la clairvoyance du président, affirmant que le système a bien résisté aux pires jours de la pandémie et que les installations n’ont jamais été débordées. Mais il ne fait aucun doute que le système est sous pression et que les médecins se sentent surchargés et sous-payés. L’érosion constante de leurs revenus et de leur statut a été trop dure à supporter pour de nombreux médecins.

L’ouverture de l’accès à tous les hôpitaux sans système d’aiguillage a créé une surcharge, tout en encourageant les hôpitaux à augmenter le nombre de patients et les rendements financiers. Dans le même temps, Erdogan a adopté une politique de privatisation des soins de santé et un système de rémunération à la performance qui a conduit à privilégier la quantité plutôt que la qualité.

Augmentation de la violence

Les patients étaient satisfaits au début, mais le système open access n’était pas durable. Les hôpitaux ont commencé à augmenter leurs prix et à réduire les rendez-vous. Un système centralisé ne prévoit que dix minutes pour les rendez-vous, et dans certains cas seulement cinq minutes, ce qui crée des tensions partout. La violence à l’encontre des professionnels de la santé a fortement augmenté au cours des deux dernières années, notamment dans les services d’urgence. Selon l’Association médicale turque, plus de 13.000 professionnels de la santé ont porté plainte après avoir été victimes de violences au travail.

À cela s’ajoutent d’autres problèmes tels que la discrimination fondée sur le sexe, le népotisme et le népotisme dans la gestion, ainsi qu’une augmentation des poursuites judiciaires contre les médecins.

Erdogan et Fahrettin Koca, le ministre turc de la Santé, ont tous deux reconnu le problème de la fuite des cerveaux en Turquie, mais peu de choses ont été faites pour y remédier. Ils rejettent la faute sur l’étranger. « N’oubliez pas que nos médecins sont les mieux formés et que les pays les plus riches ont les yeux rivés sur eux », a déclaré M. Koca au parlement turc dans un discours prononcé en décembre.

Ce parlement a récemment alourdi les peines pour violence à l’encontre des travailleurs de la santé, et M. Koca a suggéré en décembre qu’il devrait se pencher sur les salaires et autres droits des travailleurs de la santé. Mais le malaise économique du pays fait qu’il n’y a pas de place dans le budget pour cela.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20