Meta, élue pire entreprise de l’année

Bien qu’elle ait changé de nom et dévoilé d’ambitieux projets, la maison mère de Facebook – Meta – a vécu une année difficile en 2021. L’entreprise a en effet enchainé les scandales, entrainant des enquêtes des autorités américaines.  

En ce mois de décembre 2021, l’heure est au bilan. L’occasion pour Yahoo Finance d’élire la meilleure et la pire entreprise de l’année, en fonction de ses performances sur le marché et de ses réalisations. Malgré la situation sanitaire et économique, l’année 2021 a été particulièrement bénéfique pour Microsoft qui a franchi la barre des 2.000 milliards de dollars de capitalisation boursière. Le cours de son action a été flambé (+53%) début le début de l’année. Le bonnet d’âne revient à un autre membre des GAFAM – ou plutôt GAMAM ; Meta.

Une année difficile pour Meta

Dans le cas présent, la maison mère de Facebook doit son titre de pire entreprise de l’année à un sondage supervisé par Yahoo Finance. Le média a demandé à un 1.541 personnes quelle était l’entreprise qui les avait le plus agacé au cours de cette année et c’est le nom de Meta qui est apparu le plus de fois.

Il faut dire que l’entreprise de Mark Zuckerberg a fait l’objet de plusieurs scandales en 2021. Outre les enquêtes pour pratiques antitrust – qui deviennent presque une habitude –, Meta a surtout essuyé des critiques à la suite de révélations de la lanceuse d’alerte Frances Haugen :

  • Des documents internes ont révélé que Facebook était conscient depuis des années qu’Instagram pouvait avoir un impact négatif sur la santé mentale de ses jeunes utilisateurs.
    Révélations qui ont valu à Meta une enquête de la part des autorités américaines qui ont également mis la pression pour que Facebook stoppe le développement d’une version pour enfants d’Instagram.
  • Facebook met son propre profit avant le bien-être de ses utilisateurs. C’est pourquoi ses algorithmes cherchent avant tout à proposer des contenus à haut potentiel de réactivité et peu importe que ça soit des publications véhiculant un message de peur ou de haine.   
  • Les politiques américains se sont plaints que Facebook étouffait leur voix. Sa décision de bannir Donald Trump suite aux évènements du 6 janvier a certainement joué dans la balance.
  • Pour certains, Facebook a joué un rôle dans la montée de l’extrémisme et dans les violences ethniques.
  • Et comme à chaque fois, Meta a également été pointé du doigt pour son manque de mesures efficaces pour lutter contre la désinformation. Les fake news à propos du coronavirus ont largement circulé sur la plateforme.

Malgré ces griefs, Meta peut encore se racheter, selon un tiers des participants au sondage. Il faudra pour cela que l’entreprise de Mark Zuckerberg accepte ses torts, s’excuse et fasse une donation importante à des fondations. Mais pour d’autres ce ne sera pas suffisant, à l’image du changement nom de Facebook pour Meta, tentative maladroite de changer d’image.

Rappelons que Yahoo Finance avait élu Microsoft, entreprise de l’année, pour un tas de bonnes raisons.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20