Les marchés:
Markten inladen...

JEUDI 06 AOûT

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

Mark Zuckerberg ne s’inquiète pas, les annonceurs ‘reviendront vite’ sur Facebook

Logo Business AM
Business

02/07/2020 | Anthony Planus | 3 min de lecture

Mark Zuckerberg - EPA

Le mouvement #StopHateforProfit, qui a pour but de pousser Facebook à réguler les contenus publiés (fake news, messages de haine…), ne semble pas inquiéter outre mesure Mark Zuckerberg. ‘(Les annonceurs) reviendront assez vite’, aurait-il déclaré au cours d’une réunion interne, selon les agences de presse ANP et Bloomberg.

Des centaines d’entreprises se sont déjà jointes au mouvement #StopHateforProfit. Elles ne paieront plus pour des campagnes publicitaires sur Facebook et Instagram, cela au minimum jusqu’à la fin du mois de juillet. Parmi elles, on retrouve plusieurs grands noms comme Unilever, Coca-Cola ou encore Ford. Le but de la manœuvre est d’inciter le réseau social fondé par Mark Zuckerberg à agir contre le flux incessant de messages racistes et haineux.

Mais malgré le succès de cette campagne, Mark Zuckerberg ne s’inquiète guère, si l’on en croit les propos qu’il aurait tenus lors d’une réunion interne, la semaine dernière. Ainsi, le dirigeant se serait dit convaincu que les annonceurs ‘reviendraient assez vite’, et que de toute façon l’impact de la campagne de boycott ne représentait que ‘quelques pourcents’ des revenus du groupe.

Un porte-parole a d’ailleurs fait savoir que Facebook ne changerait pas sa politique sous la pression, mais plutôt sur la base de principes.

Les PME, nerf de la guerre

Il faut dire que les 100 entreprises qui dépensent le plus sur Facebook (Walmart, Microsoft, Disney…) ne représentent qu’à peine 6% des recettes totales de la plateforme. Pour le réseau social, le nerf de la guerre de la guerre, ce sont les millions de PME, aux budgets publicitaires limités, qui n’ont nulle part d’autre où aller pour faire leur promotion à moindres frais, pour un résultat ciblé et efficace.

Les organisations américaines de défense des droits civils, à la base de la campagne, estiment que la plateforme de Mark Zuckerberg ne supprime pas suffisamment les messages appelant à la haine et à la violence, notamment dans le cadre des manifestations du mouvement Black Lives Matter, et qu’il ne fait pas assez pour empêcher la propagation des fake news. Des contacts auraient déjà été pris entre des représentants de ces organisations et ceux de Facebook. Mark Zuckerberg lui-même devrait prochainement les rencontrer en personne, mais aucune date n’aurait pour l’instant été arrêtée.

Source: Bloomberg


Pour aller plus loin...


Logo Business AM

Business AM | Stocks