Lynk & co : Les Chinois ont un Netflix de l’industrie automobile

Le constructeur chinois Geely, propriétaire du suédois Volvo depuis 2010, va commercialiser le premier modèle de sa nouvelle marque, Lynk & Co. Sa cible ? Les jeunes européens urbains. Son objectif ? 500 000 véhicules par an à l’horizon 2020.

Le constructeur chinois Geely, propriétaire du suédois Volvo depuis 2010, va commercialiser le premier modèle de sa nouvelle marque, Lynk & Co. Sa cible ? Les jeunes européens urbains. Son objectif ? 500 000 véhicules par an à l’horizon 2020.

Le premier modèle sera lancé en Chine avant d’être commercialisé en Europe et aux Etats-Unis. Les voitures Lynk seront dessinées et conçues intégralement en Suède puis assemblées en Chine dans les usines Volvo.L’ambition de Lynk & Co est d’introduire un nouveau concept dans le marché automobile : vendre de la mobilité. Comme l’explique Alain Visser, le vice-président de la marque, « les clients pourront payer un abonnement mensuel et échanger leur véhicule pour un autre modèle au bout de deux ans, comme pour un smartphone ».Les clients pourront également mettre à disposition leur véhicule à d’autres personnes quand ils ne l’utiliseront pas, contre rétribution.Le format de distribution sera également inhabituel. En effet, les voitures ne seront pas vendues dans des réseaux classiques de concessionnaires, mais pourront être achetées en ligne et livrées à domicile, ou dans des magasins Lynk & Co situés en centre-ville.