L’OTAN sera-t-elle bientôt impliquée de facto dans la guerre ?

Selon le Washington Post, la Russie a envoyé au président Biden un mémorandum de deux pages indiquant que de nouvelles livraisons d’armes plus lourdes à l’Ukraine « exacerberont le conflit » et « pourraient avoir des conséquences imprévisibles ».

En début de semaine, l’administration Biden a promis 800 millions de dollars supplémentaires pour l’Ukraine en assistance militaire. La Maison Blanche a également confirmé que les États-Unis formeront les soldats ukrainiens à l’usage de certains de leurs systèmes d’armes.

La question est de savoir si la Russie va décider de cibler les convois américains (ou de l’OTAN) fournissant des d’armes à l’Ukraine, et si elle a les moyens techniques de le faire. Car dans ce cas-là, l’OTAN serait alors de facto impliquée dans la guerre.

Pendant ce temps, le patron de la CIA et ancien ambassadeur à Moscou, William Burns, confirme que son pays prend au sérieux les menaces nucléaires de Poutine. Pourtant, selon lui, rien dans ce que l’on observe actuellement ne va dans le sens d’une escalade. Burns était un invité à la conférence de Georgia Tech jeudi. Il a souligné « le possible désespoir du président Poutine et des dirigeants russes ». Et ce, au vu des revers qu’ils ont subis militairement jusqu’à présent.

« Bien que le Kremlin fasse état d’un niveau d’alerte nucléaire plus élevé, nous n’avons pas vu jusqu’à présent beaucoup de preuves concrètes, comme un déploiement ou des actions militaires qui renforceraient cette inquiétude. »

Le naufrage du Moskva est un coup terrible pour Poutine

Le service postal ukrainien, quant à lui, vend des timbres commémorant les défenseurs de l’île des Serpents, qui avaient fait la une de la presse mondiale aux premiers jours de la guerre. Lorsqu’ils ont reçu l’ordre de se rendre, ils ont riposté d’un doigt d’honneur verbal (Allez vous faire foutre !) en direction du navire de guerre russe Moskva. Or, ce dernier gît maintenant au fond de la mer.

Le ministère russe de la Défense a dû admettre que le navire amiral de la flotte de la mer Noire a coulé dans une « mer agitée ». Selon ses propres mots, pendant qu’il était remorqué vers un port après avoir été endommagé par un incendie qui, selon le ministère, a été provoqué par l’explosion de munitions à bord. On ne sait toujours pas avec certitude si le Moskva a été frappé par des missiles anti-navires, comme le prétend l’Ukraine.

Pour Poutine et consorts, il s’agit en tout cas d’un coup symbolique aux proportions énormes. Selon la BBC, le navire de 200 mètres est le plus grand navire de guerre russe à être coulé en action depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20