L’OCDE revoit la croissance mondiale à la (forte) baisse, bref sursaut du BEL 20

isiteurs portant des masques de protection à l’extérieur de la pyramide du musée du Louvre en attendant la décision de la réunion du personnel sur l’épidémie de coronavirus à Paris, le 2 mars. EPA-EFE/CHRISTOPHE PETIT TESSON

Le coronavirus va freiner très fortement l’économie mondiale en 2020, selon l’OCDE, qui a ramené lundi sa prévision de croissance planétaire de 2,9% à 2,4%, et mis en garde contre un scénario encore plus noir si l’épidémie devait s’aggraver.

La Chine, locomotive de la croissance mondiale depuis trois décennies, verra la sienne amputée de 0,8 point de pourcentage à 4,9%, entraînant dans son sillage toutes les grandes économies, avertit l’Organisation de coopération et de développement économiques.

La croissance de la zone euro est réduite de 0,3 point, à 0,8%, tandis que l’Italie, principal foyer de Covid-19 en Europe, perd 0,4 point et aura une croissance nulle.

Les Etats-Unis résistent mieux avec une révision limitée à 0,1 point et une hausse prévue du Produit intérieur brut (PIB) de 1,9%.

Une perte d’un demi-point de pourcentage pour la croissance mondiale repose sur ‘l’hypothèse que le pic épidémique sera atteint en Chine au premier trimestre 2020 et que dans les autres pays, l’épidémie se révélera plus modérée et circonscrite’, précise l’OCDE. Une épidémie plus durable, qui s’étendrait largement en Asie-Pacifique, en Europe et en Amérique du Nord, pourrait même diviser par deux la croissance mondiale cette année, avertit l’organisation.

Le BEL 20 bondit… temporairement

Après avoir nettement rebondi lundi à l’ouverture, le BEL 20 et ses voisins européens réduisaient sérieusement leurs gains par la suite. Vers onze heures, le BEL 20, qui avait regagné jusqu’à 3,3 pc, ne conservait qu’une avance de 1,2 pc à 3.530 points avec 17 de ses éléments en hausse.

L’euro s’inscrivait lui à 1,1078 USD dans la matinée de lundi, contre 1,0971 USD vendredi dernier vers 16H30. L’once d’or gagnait 22,80 dollars à 1.607,60 dollars et le lingot se négociait autour de 46.660 euros, en progrès de 255 euros.

Lire aussi: