L’iPhone 12 peut désactiver les pacemakers, et ce n’est pas le seul appareil dans le cas

Le retour de la technologie MagSafe inquiète les cardiologues – Isopix

Se penchant sur l’iPhone 12, dont le chargeur sans fil est basé sur la technologie MagSafe, des cardiologues ont découvert que celui-ci était susceptible de désactiver un stimulateur cardiaque. Le nouveau smartphone d’Apple ne serait d’ailleurs pas le seul téléphone concerné.

Mise de côté par Apple depuis 2015, la technologie MagSafe a été créée en 2006. Le principal atout pratique de ce connecteur consiste dans le fait qu’on le relie magnétiquement à l’appareil plutôt qu’en le clipsant par un port. Utilisée sur les ordinateurs de la marque à la pomme (MacBook, MacBook Pro, MacBook Air) ainsi que sur sa montre connectée (Apple Watch), la technologie a connu un retour en grâce fin 2020 via l’iPhone 12. En plus d’activer la batterie sans fil, MagSafe permet d’attacher au dos du smartphone une série d’autres accessoires (porte-cartes, coques…).

Pour être compatible à la technologie MagSafe, l’iPhone 12 est bourré d’aimants. Craignant l’effet de ceux-ci sur certains dispositifs médicaux, des cardiologues du Henry Ford Heart and Vascular Institute (USA) ont procédé à un bref essai clinique. En approchant le smartphone de la poitrine d’un patient dans lequel était implanté un Défibrilateur Cardioverteur Implamtable (DCI) – aussi connu sous le nom de Défibrilateur Automatique Implantable (DAI) – de Medtronic, les chercheurs se sont aperçus que l’appareil s’était désactivé plusieurs fois, peu importe la position dans laquelle l’iPhone 12 était placé.

Apple avait prévenu, discrètement

Lors de la sortie de l’Iphone 12, Apple avait prévenu de son potentiel danger sur les dispositifs médicaux. Sans pour autant demander de se montrer plus vigilant qu’à l’accoutumée.

‘Bien que tous les modèles de l’iPhone 12 contiennent plus d’aimants que les modèles d’iPhone précédents, ils ne devraient pas présenter un risque plus important d’interférence magnétique avec les appareils médicaux que les modèles d’iPhone précédents’, avait indiqué la firme de Cupertino.

Le récent article, publié dans le Heart Rhythm Society, repose sur le test d’un seul stimulateur cardiaque bien précis. Cela devrait mener à des études plus poussées dans le futur. Mais il s’agit d’une des toutes premières publications médicales mettant en lumière ce qui est considéré par les cardiologiques comme une ‘importante question de santé publique’.

Un danger grandissant ?

Comme le notent les auteurs de l’article, les précédentes études, menées sur une génération de smartphones ne présentant pas un tel ensemble d’aimants, avaient permis de se rendre compte que les risques d’interférences avec des dispositifs médicaux étaient minimes.

Cependant, de très récentes études ont montré que des appareils de suivi de condition physique (Apple, Samsung, Garmin) et des cigarettes électroniques, contenant une grosse quantité d’aimants, présentaient, eux, un réel danger. Les appareils électroniques ayant tendance à en contenir de plus en plus, les cardiologues voient là une menace grandissante, à laquelle les fabricants de dispositifs médicaux et les médecins vont devoir s’adapter.

Dans l’attente d’études supplémentaires, il est conseillé aux personnes possédant un stimulateur cardiaque de ne pas placer leur smartphone et autres objets connectés dans une poche de leur poitrine, à fortiori s’il s’agit d’un iPhone 12. En cas de doute, mieux vaut toujours demander l’avis de son cardiologue.