L’inflation fait de nombreux perdants et un seul gagnant: l’État

L’inflation dans la zone euro a atteint 5% en décembre, son niveau le plus élevé depuis l’introduction de l’euro. L’inflation au Royaume-Uni a atteint 5,4% en glissement annuel au cours du même mois, son niveau le plus élevé depuis mars 1992. De l’autre côté de l’Atlantique également, l’inflation a galopé pour dépasser 7% en décembre.

Alors que des hausses de taux d’intérêt sont annoncées outre-Manche et aux États-Unis, les choses restent calmes à Francfort. La présidente de la BCE, Mme Lagarde, déjà surnommée « Madame Inflation » en Allemagne, ne souhaite pas de hausse des taux d’intérêt. Elle insiste sur le fait que l’inflation n’est que temporaire, alimentée par les prix de l’énergie et la crise de la chaîne d’approvisionnement.

La caisse de l’État sonne à chaque hausse de prix dans les magasins

Si l’inflation fait de nombreux perdants, il y a aussi un grand gagnant : l’État. La caisse de l’État sonne à chaque hausse de prix dans les magasins. Parce que la TVA de 21% s’applique au montant majoré. Un client qui dépense 100 euros dans un magasin a un pouvoir d’achat réel de 79 euros. Si l’on ajoute 5 euros d’inflation, ce pouvoir d’achat tombe à moins de 74 euros. Cela est dû au double effet de la TVA et de l’inflation.

Indexation automatique : la caisse de l’État sonne à nouveau

Ensuite, il y a l’impôt sur le revenu. La Belgique dispose d’un système d’indexation automatique, selon lequel les salaires augmentent automatiquement lorsque l’indice pivot est dépassé. Début novembre, le Bureau du Plan a estimé à 5% la hausse de l’indice santé en 2021-2022. (Pour être clair, il s’agit d’un scénario dans lequel l’inflation se refroidit nettement au cours de l’année 2022). Les chiffres de l’inflation pour novembre et décembre étant à nouveau plus élevés que prévu, il est presque certain que cette estimation sera encore révisée à la hausse. Cela implique que l’augmentation totale des salaires pour 2021-2022 dépassera 5%, a calculé VOKA. Sur une masse salariale totale de 150 milliards dans le secteur privé belge, cela implique une masse salariale supplémentaire d’au moins 7,5 milliards pour les entreprises.

Nous gagnons plus, mais notre capacité économique reste la même

Une assez bonne nouvelle pour les travailleurs concernés, mais une excellente nouvelle pour l’État. Des centaines de milliers de personnes passeront désormais dans une tranche d’imposition plus élevée. Bien que leur pouvoir d’achat n’ait pas du tout changé malgré l’augmentation des salaires. En d’autres termes, en raison de l’inflation, de nombreuses personnes gagneront plus, alors que leur capacité économique restera la même. Le revenu supplémentaire de l’État résultant de cet effet se chiffre en centaines de millions d’euros.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20