« L’industrie de la cryptomonnaie a besoin d’énergie nucléaire »

Les opposants aux cryptomonnaies citent souvent la nature énergivore des ordinateurs de cryptominage comme argument pour interdire les actifs numériques ; une justification écologique qui a une certaine validité. Toutefois, cette énergie informatique ne doit pas nécessairement provenir d’une source émettant du CO2. Dans un article d’opinion publié sur le site d’informations sur les cryptomonnaies CoinDesk, deux scientifiques plaident en faveur de l’énergie atomique comme base d’un processus durable de cryptomonnaie. Pour être complet : le Dr Florent Heidet et le Dr Milos Atz sont tous deux ingénieurs atomistes travaillant dans l’industrie de l’énergie nucléaire.

Pourquoi est-ce important ?

Le minage de la plupart des principales cryptomonnaies se fait selon le concept de preuve de travail (PoW). Le PoW est la validation des transactions et la création de blocs sur la blockchain en exploitant la puissance des ordinateurs. Bien qu'il existe des alternatives au minage plus économes sur le plan énergétique, comme le concept de proof-of-stake (PoS) ou de proof-of-space, ces méthodes n'ont pas encore été largement adoptées par les principales cryptomonnaies. Il semble donc que l'exploitation des cryptomonnaies sera gourmande en énergie pendant un certain temps encore ...

« La consommation électrique totale utilisée par le minage des principales cryptomonnaies se chiffre en dizaines de gigawatts électriques, ou GWe, sur la base de la taille actuelle du réseau et de la puissance moyenne des équipements de minage. C’est à peu près autant que les besoins énergétiques de la Suède ou de l’État américain du Montana », indiquent les scientifiques. « Tant que le coût combiné de l’électricité et du matériel reste inférieur à la valeur des cryptomonnaies générées, les réseaux et leur consommation électrique continueront de croître et dépasseront bientôt celle de la plupart des pays. »

« Bien que l’extraction de cryptomonnaies nécessite d’énormes quantités d’énergie, le processus lui-même n’est pas directement polluant. Les besoins en ressources naturelles se limitent à ce qui est nécessaire à la fabrication de matériel informatique et à la production d’électricité pour les opérations minières. L’extraction de cryptomonnaies est un processus qui se déroule 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, utilisant constamment de l’énergie avec un minimum de temps d’arrêt. En outre, les grandes exploitations minières peuvent nécessiter plus de 100 mégawatts d’électricité pour des installations ayant l’empreinte d’une usine de taille moyenne. Les opérations minières nécessitent une alimentation électrique très fiable et (ininterrompue). »

« L’empreinte carbone des cryptomonnaies est plus importante lorsque le réseau est principalement alimenté par des combustibles fossiles ».

« L’impact environnemental de la production d’électricité dépend largement de la source utilisée. L’empreinte carbone des cryptomonnaies est la plus élevée lorsque le réseau est principalement alimenté par des combustibles fossiles. »

Il convient donc d’envisager des sources d’énergie sans carbone. « Les sources disponibles d’électricité sans carbone comprennent les énergies renouvelables (principalement l’éolien et le solaire), l’hydroélectricité et le nucléaire. L’hydroélectricité est limitée géographiquement et dépend des saisons, ce qui fait des énergies renouvelables et du nucléaire les options les plus matures sur le plan technique. La nature instable des énergies renouvelables signifie que de grands systèmes de stockage d’énergie ou des installations de secours à base de combustibles fossiles sont nécessaires pour assurer l’approvisionnement constant en électricité nécessaire à l’exploitation minière. En raison de leur empreinte, la production d’électricité à grande échelle à partir d’énergies renouvelables dans les endroits souhaités est beaucoup moins flexible que les autres sources d’énergie. Ces caractéristiques font des énergies renouvelables un partenaire énergétique moins intéressant pour les cryptomonnaies. »

« Une opportunité unique de synergie »

Les besoins énergétiques de l’industrie des cryptomonnaies créent « une opportunité unique de synergie avec le secteur de l’énergie nucléaire », ont déclaré les scientifiques. « Les réacteurs nucléaires tirent leur énergie d’éléments de fission comme l’uranium. Comme aucun combustible à base de carbone n’est brûlé, l’énergie produite par les réacteurs nucléaires est sans carbone. En 2020, l’énergie nucléaire représentait 50 % de toute la production d’électricité sans carbone aux États-Unis ».

« Les émissions de gaz à effet de serre du cycle de vie de l’énergie nucléaire – y compris l’extraction de l’uranium, l’enrichissement du combustible et la fabrication du combustible – sont comparables à celles des autres sources d’électricité renouvelables, comme le montre le graphique ci-dessous. »

En outre, selon les ingénieurs atomistes, l’énergie nucléaire présente deux caractéristiques particulières qui en font un excellent partenaire pour l’extraction de cryptomonnaies.

Facteur de capacité le plus élevé et forte intensité énergétique

Premièrement, l’énergie nucléaire est extrêmement fiable. La fiabilité est mesurée par le « facteur de capacité », qui est le rapport entre la production réelle d’électricité d’une centrale et la quantité d’électricité qu’elle pourrait produire si elle fonctionnait à 100% sans interruption. Aux États-Unis, l’énergie nucléaire a le facteur de capacité le plus élevé de toutes les sources d’électricité. (…) Pour les opérations de cryptomonnaie qui nécessitent une alimentation constante, c’est un énorme avantage. »

Néanmoins, les objections concernant les déchets nucléaires, ainsi que les accidents catastrophiques qui se sont produits dans le passé, sont également abordés. « Néanmoins (…) les centrales nucléaires restent l’une des structures les plus sûres créées par l’homme et l’énergie nucléaire figure parmi les sources d’électricité les plus sûres. Bien que des déchets nucléaires soient inévitablement produits lors des réactions nucléaires, l’utilisation de grandes quantités de matières premières permet d’obtenir des formes de déchets extrêmement compactes qui peuvent être gérées en toute sécurité avec une empreinte minimale. À l’échelle mondiale, les avantages de l’énergie nucléaire dépassent largement les défis. »

« Deuxièmement, l’énergie nucléaire est une source énergétique à forte intensité. Une seule réaction de fission produit plus d’un million de fois plus d’énergie qu’une réaction de combustion. Par conséquent, les besoins en combustible et en espace des réacteurs nucléaires sont très faibles. Cela correspond bien à la compacité des usines de cryptomonnaies. »

« Si l’énergie nucléaire n’offre pas la production d’électricité la moins chère, les cryptomonnaies tireraient pleinement parti de sa fiabilité, de sa densité énergétique et de sa flexibilité géographique. Les entreprises de cryptomonnaie qui utilisent l’énergie nucléaire, soit en s’installant dans des centrales existantes, soit en possédant leurs propres centrales, paieraient moins pour leur électricité sans carbone que si elles achetaient de l’électricité à forte intensité de carbone sur le réseau. »

En conclusion, « nous espérons que ces industries continueront à s’engager les unes avec les autres pour explorer des opportunités de croissance et de collaboration mutuellement bénéfiques. »

Au demeurant, cette synergie entre crypto et atome a déjà été établie dans quelques endroits aux États-Unis.

Avec la contribution de Belén Zárate Garay.

Plus
My following
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20