L’évasion a déraillé : entretien avec « Gifgas », le célèbre surfeur de train belge

Le Belge anonyme « Gifgas » est un surfeur de train qui fait fureur sur Internet avec ses vidéos. Récemment, ce jeune homme d’une vingtaine d’années a entrepris un voyage de la Belgique à la Hongrie en empruntant des trains de marchandises, à bord desquels il se cache sans être vu. D’un point de vue à la première personne, il permet à des centaines de milliers de téléspectateurs de profiter de ses aventures sur YouTube. Qu’est-ce qui pousse un jeune Belge à adopter un style de vie aussi extrême ? S’agit-il d’une addiction à l’adrénaline ou d’un profond dégoût pour la banalité de notre société au travail ? Business AM a organisé une discussion avec le plus célèbre trainhopper de Belgique pour obtenir une réponse à ces questions.

Gifgas, les journaux locaux ont beaucoup parlé des cascades de vos vidéos, mais comment définiriez-vous vous-même le phénomène du surf de train ?

Pour moi, le saut en train est une forme d’évasion dans la société actuelle pour échapper à la banalité. La routine du « 9 à 5 » ne m’intéresse pas du tout et c’est pourquoi je ne peux pas fonctionner longtemps dans une société « normale », parce que c’est tellement ennuyeux. Ce n’est pas pour moi.

J’ai aussi l’impression que peu de gens ont leur propre voix et se contentent de suivre les autres. C’est souvent difficile à expliquer sans utiliser des stéréotypes tels que « tout le monde est un mouton », mais c’est vrai. Je ne peux pas me lever tous les jours pour aller travailler et faire toujours la même chose. Il doit y avoir une bonne dose de changement dans ma vie.

C’est pourquoi je vis selon mes propres règles et fais ce que je veux, tant que cela n’affecte pas les gens négativement. Le surf des trains est peut-être illégal, mais je ne fais de mal à personne avec ça. Il n’y a pas beaucoup de gens qui pensent par eux-mêmes et osent sortir des règles qui leur ont été imposées.

Avez-vous toujours pensé de cette façon à propos de la société ?

Cela s’est développé au fil des ans. À l’école, j’ai toujours eu un problème avec l’autorité des enseignants qui se sentaient meilleurs que les autres. Je pense qu’il est injuste que des personnes se considèrent plus dignes que d’autres.

Pour moi, tout le monde est égal et ce n’est pas parce que vous avez un poste plus élevé que vous valez plus. Depuis l’école secondaire, cette impression n’a fait que se renforcer.

Un phénomène des années 30

Comment devient-on un surfeur de train ?

J’ai toujours été intéressé par les trains depuis mon enfance et j’habite juste à côté d’une ligne de chemin de fer. J’allais toujours voir les trains de marchandises, que je trouvais très impressionnants. En fait, ce ne sont que de grosses bêtes d’acier.

Quand j’avais environ seize ans, j’ai découvert le saut de train. C’est un phénomène qui est apparu aux États-Unis pendant la Grande Dépression (années 1930, ndlr). Les gens sautaient dans les trains de marchandises et voyageaient de ville en ville pour trouver du travail. À l’époque, je me suis dit : quand je serai plus vieux, j’irai aux États-Unis et je ferai du surf en train. Mais plus tard, j’ai remarqué que c’était également possible ici.

En observant les trains de marchandises stationnaires en Belgique, j’ai vu qu’il était également possible de les monter. J’en ai parlé à un ami et nous avons commencé.

Est-il plus difficile de s’entraîner ici qu’aux États-Unis ?

Il est 100 % plus difficile de s’entraîner au saut de train en Europe. Nous vivons dans le pays qui possède le réseau ferroviaire le plus dense du monde ; cela crée quelques problèmes.

Tout d’abord, nous avons tellement de voies qu’il est presque impossible de savoir où un train va aller. Deuxièmement, il est beaucoup plus difficile de s’asseoir dans les wagons ici et les trains sont aussi plus rapides. Enfin, tous les réseaux ferroviaires de notre région sont électrifiés, ce qui les rend encore plus dangereux.

Aux États-Unis, une ou deux lignes seulement relient la quasi-totalité du pays, ce qui rend les choses beaucoup plus prévisibles.

« Ils ne réalisent pas que les gens font ça aussi pour le plaisir »

Les compagnies ferroviaires européennes prennent-elles réellement en compte la possibilité que quelqu’un puisse se cacher dans un train de marchandises ?

Je ne pense pas, ce qui est un avantage des sauts de train en Europe. Aux États-Unis, s’ils pensent qu’il y a quelqu’un à bord, ils font rouler le train lentement. Ensuite, le train traverse lentement une gare pendant qu’un membre de la police ferroviaire examine les wagons des deux côtés. Il existe donc des procédures sur la façon de traiter les hordes de trains.

En Italie, nous avons parfois dû fuir la police, qui nous attendait dans une gare après nous avoir vus dans le train. Mais la police n’attendait que d’un côté du train au moment où nous sommes entrés, et nous avons pu nous échapper. En Europe, ils ne savent donc pas encore vraiment à quoi ils ont affaire.

J’ai un autre avantage en Europe, à savoir que je ne suis pas un réfugié. Nous avons été contrôlés dans le passé, puis j’ai été autorisé à partir après avoir montré mon passeport belge. Pourquoi un Belge devrait-il sauter dans un train alors qu’il peut circuler librement dans l’espace Schengen ? Ils ne réalisent pas que les gens font ça pour le plaisir.

Est-il possible que vous mettiez en danger la sous-culture du trainhopper en réalisant autant de vidéos à ce sujet et que vous attiriez ainsi davantage l’attention sur ce phénomène ?

Je suis conscient que c’est un scénario possible, mais j’aime faire ces vidéos et je ne vais pas m’arrêter. Mais il y a encore très peu de gens qui le font.

Quand je faisais des graffitis, c’était une tout autre histoire. Je devais faire très attention à ne pas donner l’emplacement de certains lieux dans les vidéos, sinon beaucoup de gens se seraient mis en colère. Le graffiti est une sous-culture beaucoup plus large.

Il est impossible de contrôler chaque train ou de placer des scanners partout. Les compagnies ferroviaires ne pensent pas non plus que cela soit préjudiciable. Ils ne se soucient pas de savoir si les gens sont dans ces trains ou pas. L’élimination des graffitis entraîne des coûts. Une personne qui monte dans une voiture ne coûte rien.

Tant que ces entreprises ne porteront pas plainte auprès de la police, rien ne changera.

« Il peut toujours m’arriver quelque chose ».

Les trainhoppers ont-ils un réseau où vous communiquez entre vous ?

Pas vraiment. Je connais environ 20 personnes en Europe occidentale qui sont impliquées dans ce domaine, ce qui est très peu. En Belgique, je connais quatre personnes qui l’ont fait. Il y a sans doute des gens qui opèrent sous le radar ici. Aux États-Unis, des milliers de personnes le font.

Le surf des trains est bien sûr extrêmement dangereux, mais vous le décrivez toujours comme quelque chose d’énormément libérateur. Pourtant, vous le déconseillez toujours vous-même. Pourquoi ?

Je ne le recommande pas parce que je ne veux pas être responsable des autres. Lorsque les gens regardent mes vidéos et voient un jeune homme sauter dans un train et en descendre en Italie… cela semble presque trop beau pour être vrai.

Mais ce que les gens ne voient pas, c’est que derrière la caméra, je fais beaucoup de préparation pour réduire au maximum le risque de danger. Je ne saute pas dans le premier train qui passe. Il faut du temps pour savoir exactement où va un train. Entre autres choses, je cherche toujours à savoir s’il s’agit d’un train électrique ou diesel. Vous devez être capable de trouver tous ces détails.

Je suis très préoccupé par la sécurité et je crains que si les jeunes voient mes vidéos, ils veuillent aussi essayer sans aucune expérience et expertise, et puissent se blesser. Il peut toujours m’arriver quelque chose à moi aussi, mais ce serait ma propre responsabilité.

Prévoyez-vous de futurs voyages ?

Je n’en ai pas encore fini avec le surf de train. En Europe, je veux visiter les pays scandinaves (Danemark, Suède et Norvège). En dehors de l’Europe, j’aimerais aussi voir le Canada, les États-Unis et l’Australie depuis un train de marchandises.

C’est une façon très originale de voyager et bien plus amusante que de prendre un avion pour la Grèce ou autre. Où est le plaisir dans tout ça ?

Bonne chance et merci pour l’interview !

Lire aussi:

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20