Quel l’impact aura ChatGPT dans les années à venir ? « Le nombre d’utilisateurs a explosé d’une manière que nous n’avions jamais vue sur Internet »

Quelques jours seulement après que le laboratoire de recherche OpenAI a mis le chatbot ChatGPT à la disposition du public, début décembre, un million d’utilisateurs se servaient déjà de cet outil. Selon certains utilisateurs, il s’agit simplement d’un jouet amusant. D’autres, cependant, comme Laurent Sorber, cofondateur et directeur technique de la société d’IA Radix, basée à Bruxelles, parlent d’un « moment iPhone » qui pourrait changer radicalement le monde.

L’intelligence artificielle (IA) commence à jouer un rôle croissant dans la société, même si la plupart des gens ne le remarquent pas encore. L’entreprise de Sorber joue également un rôle dans ce domaine. Depuis plusieurs années, Radix fournit des solutions d’IA à un portefeuille de clients dans divers secteurs, allant des soins de santé aux transports.

Il s’agit généralement de choses qui ne sont pas immédiatement visibles pour les utilisateurs finaux, comme l’optimisation de la planification de la production d’une entreprise, ou l’utilisation de l’IA comme outil par les scientifiques dans le développement d’un nouveau vaccin, par exemple. « Vous avez plus de chances de voir l’impact indirectement. L’expérience client va s’améliorer parce que les entreprises peuvent fournir un meilleur service, ou leurs prix peuvent baisser parce qu’elles deviennent elles-mêmes plus efficaces », a déclaré M. Sorber à Business AM.

Selon M. Sorber, jusqu’à présent, cela a surtout permis de prendre en charge des tâches répétitives et ennuyeuses. Cela permet aux employés humains d’avoir plus de temps pour faire un travail créatif ou intéressant. « Je ne dirais pas que les emplois ont disparu, bien au contraire », affirme l’expert en IA. « Par exemple, l’un de nos clients, GSK, développe des vaccins. Il s’agit d’un processus à forte intensité de main-d’œuvre, où des personnes hautement qualifiées doivent souvent effectuer des tâches répétitives. Nous avons contribué à automatiser ces processus, ce qui signifie que ces experts peuvent désormais se consacrer à des tâches plus intéressantes. »

Le ChatGPT va-t-il changer cela ?

ChatGPT, en revanche, est beaucoup plus visible et peut faire beaucoup plus qu’une IA invisible – du moins pour les utilisateurs finaux – qui optimise un calendrier, par exemple. Après tout, le chatbot peut mener des conversations qui semblent raisonnablement convaincantes à première vue, inventer des recettes, écrire des scénarios de films, rédiger des articles d’actualité et même générer du code informatique. Toutefois, le rôle le plus crucial reste celui de la personne qui fournit les données, car l’IA elle-même est incapable de raisonner.

Pourtant, le marché de l’emploi pourrait être complètement différent dans les années à venir, selon M. Sorber. « Ces outils (tels que ChatGPT, ndlr) permettront de commencer plus facilement à développer certaines choses par eux-mêmes. Cela réduira quelque peu la demande de rédacteurs et d’artistes numériques, par exemple ». M. Sorber dit qu’il ne pense pas que des éléments plus qualitatifs, comme les illustrations conceptuelles, seront produits par l’IA dans l’immédiat.

« Je constate que cela se produit principalement dans le segment inférieur du marché, où la volonté de payer pour un professionnel est de toute façon plus faible. Par exemple, il y a déjà des gens qui font des jeux de cartes en utilisant Midjourney (une IA de la société éponyme qui peut générer des images à partir d’une entrée textuelle, ndlr). Supposons que je veuille faire cela, mais que je n’aie pas le budget pour engager un artiste, je peux le faire en utilisant l’IA. »

D’autres emplois, tels que les postes de programmation, ne disparaîtront pas non plus immédiatement. Après tout, ChatGPT n’est pas capable de faire ses propres recherches, précise M. Sorber. C’est pourquoi il considère qu’il s’agit plutôt d’un outil pratique pour l’instant, qui facilitera le travail de nombreuses personnes.

Quel impact aura-t-il sur l’éducation ?

L’IA comme ChatGPT aura également un impact important sur l’éducation dans les années à venir. Néanmoins, M. Sorber pense que les rapports d’apocalypse des professeurs qui ne peuvent plus distinguer si les copies qu’ils corrigent ont été rédigées par leurs étudiants ou par une IA ne reflètent pas la réalité.

« Des outils existent depuis longtemps pour identifier si un texte est écrit par une IA, en regardant, par exemple, la façon dont les phrases sont construites ou le type de mots utilisés. » En d’autres termes : L’IA sera et est déjà utilisée pour détecter les écrits de l’IA.

« D’un autre côté, je pense que la détection pourrait ne pas être la seule chose qui sera nécessaire. Nous devons simplement accepter que cela devienne une partie de notre façon de travailler. C’est un outil utile qui peut soutenir de nombreux processus, donc le retirer et dire ‘vous ne pouvez plus l’utiliser’ n’est pas tout à fait correct non plus. »

Sorber évoque une anecdote pour étayer son argument. « J’ai récemment parlé à un professeur de l’UGent. Il a eu l’idée de ne plus évaluer les étudiants par la production initiale de ChatGPT, mais d’évaluer leur compréhension de cette production, ou la mesure dans laquelle ils peuvent améliorer cette réalisation. » Cette idée l’a séduit, dit-il, car il est impossible d’interdire ChatGPT et d’autres outils d’IA. « Je pense que nous devons examiner de plus près comment l’intégrer dans l’écosystème », fait-il écho.

Un « moment iPhone »

Bien que ChatGPT et d’autres outils d’IA aient déjà un impact notable dans l’enseignement et sur le lieu de travail, il faudra un certain temps avant que la technologie ne soit utilisée en masse, estime M. Sorber. « Je pense que c’est un moment iPhone. Quand l’iPhone est sorti, tout le monde n’en a pas soudainement eu un. Il a fallu du temps pour qu’il devienne l’un des smartphones les plus utilisés. »

Pourtant, il pense qu’elle pourrait être plus rapide que la révolution des smartphones. « La base d’utilisateurs a explosé d’une manière que nous n’avions jamais vue sur internet. Je pense que cela a le potentiel de se propager beaucoup plus rapidement. Vous n’avez donc pas besoin de l’acheter comme un iPhone coûteux », peut-on lire. Gratuit, l’outil ne le restera cependant pas, estime M. Sorber, « mais il se répandra facilement ».

À terme, un logiciel comme ChatGPT remplacera même des sites web comme Google et Wikipédia, pense-t-il, « mais pas sous sa forme actuelle ». ChatGPT n’a pas encore accès à l’internet et ne peut pas dire aujourd’hui d’où il tire ses informations. » Toutes les connaissances que possède actuellement ChatGPT proviennent d’une énorme base de données de l’internet en 2021, ainsi que d’un grand nombre de livres.

Un autre point de travail, selon Sorber, est de rendre ChatGPT multimodal. « C’est un terme technique de l’IA pour combiner différents types de données, comme les images, la vidéo et l’audio. » Par exemple, une IA du futur pourrait générer des images sur la base d’une saisie de texte, ou écrire un texte décrivant le contenu d’une vidéo.

Selon M. Sorber, l’intégration de l’une ou l’autre des fonctions décrites ci-dessus ne saurait tarder. « Je ne serais pas surpris que nous commencions à voir au moins l’une de ces deux choses d’ici la fin de l’année prochaine, soit en se connectant à l’internet et aux références associées pour que vous puissiez voir d’où vient la connaissance, soit en la rendant multimodale. » Il est même possible que les deux fonctionnalités soient disponibles d’ici là, même si M. Sorber dit qu’il n’aime pas faire de prédictions sur ce genre de choses.

Vers une intelligence générale artificielle ?

Bien que ChatGPT soit sur le point de changer profondément le monde, il y a encore quelques limites. En tant que telle, elle n’est pas encore une intelligence artificielle générale (IAG), c’est-à-dire une IA capable d’accomplir toutes les tâches intellectuelles qu’un être humain peut accomplir. Pendant très longtemps, la communauté de l’IA a douté que le développement d’une IA soit possible, mais, selon M. Sorber, ChatGPT a néanmoins remué nombre d’entre eux.

« Depuis ChatGPT, je pense que cette mentalité a de toute façon changé, car cela montre que nous sommes beaucoup moins éloignés que nous aurions pu le penser. Ce qui était un rêve semble maintenant plus être une question de résoudre suffisamment de problèmes restants pour y arriver. »

D’autre part, ChatGPT ne rendra pas nécessairement ce développement plus rapide d’un point de vue technique. « ChatGPT n’est pas en mesure pour l’instant de nous aider à rendre l’IAG plus rapide », peut-on lire. Après tout, l’IA ne peut pas mener elle-même des recherches et ne servira que d’outil.

Si elle parvient un jour à créer une IA, M. Sorber pense que le monde changera d’une manière sans précédent.  « Imaginez que vous avez une intelligence générale. Vous pourriez alors mettre en place une université virtuelle remplie de chercheurs en IA qui effectueraient des recherches sur les plus grandes questions 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Pensez à la question des énergies renouvelables, ou à une théorie d’unification, unifiant les théories fondamentales de la physique. Avec suffisamment de ressources et d’IA, les possibilités sont pratiquement infinies. »

(JM)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20