Les mariages entre cousins sont encore trop fréquents

Le Moyen-Orient et l’Afrique se caractérisent par les plus hauts taux de mariages consanguins du monde. Une situation qui amène de nombreux enfants à souffrir de maladies génétiques et condamne de nombreuses familles à vivre un calvaire, explique The Economist.  Contrairement à l’Occident, le mariage entre membres d’une même famille n’est pas stigmatisé : il est au contraire approuvé. La raison pour laquelle les gens se marient entre cousins, généralement, est qu’ils se connaissent bien, ont les mêmes valeurs et que, comme les familles sont grandes, le choix est assez vaste. Ainsi, les propriétés restent dans la famille. Et le Coran ne condamne pas le mariage entre cousins.En Egypte, environ 40% de la population ont épousé un(e) cousin(e). Une étude réalisée en 1992 en Jordanie avait révélé que la proportion de gens mariés à un cousin du premier degré était de était de 32%. Ces taux sont encore plus élevés dans des pays tribaux comme l’Iraq, l’Arabie Saoudite, le Yemen et le Koweit.

Ignorance des risques

Car beaucoup de personnes ne connaissent pas les risques liés aux mariages consanguins ou pensent, à tort, que les cousins ne sont pas du même sang. Une enquête menée en Arabie Saoudite a montré que le taux d’approbation des participants pour le mariage entre cousins baissait de 50% lorsqu’on les avait avertis des risques liés aux mariages consanguins.Pour diminuer les désordres génétiques, certains pays ont rendu les tests sanguins obligatoires pour les fiancés, ce qui a aidé à réduire certaines maladies. Le gouvernement tunisien a instauré des consultations prénuptiales pour les couples de cousins.Mais la meilleure solution, culturellement improbable hélas, reste de ne pas épouser un proche.