Les magasins et restaurants demandent au gouvernement de leur accorder une dispense de loyer d’un mois

Le Meir, principale artère commerçante d’Anvers – Isopix

Dans une lettre au gouvernement, une large coalition d’entreprises actives dans le commerce de détail – dont Torfs, C&A et Pizza Hut – demande un soutien accru pour surmonter la crise du coronavirus. Une de leurs demandes concerne la dispense de loyer pour le mois à venir.

‘Gouvernement, ne nous laissez pas tomber’, peut-on lire dans une lettre signée par 54 entreprises. Des noms bien connus tels que Torfs, C&A, JBC, Pizza Hut, Colmar et Ellis apparaissent au bas de la missive. De Morgen a pu la consulter.

Une grande partie des commerces belges ont dû à nouveau fermer leurs portes le 3 novembre dernier. ‘Derrière ces fermetures, on retrouve plus de de 100.000 employés, dont beaucoup sont actuellement en chômage temporaire. Il y a aussi d’énormes stocks prévus pour les fêtes de fin d’année qui ne pourront pas être vendus’, indique la coalition d’entreprises.

Les entreprises ont remis leur lettre ce mardi au Premier ministre et à ses vice-Premiers ministres. Leur demande la plus importante: ne pas devoir payer de loyer pendant un mois. En principe, elles devraient s’arranger avec les propriétaires de leurs locaux commerciaux. Mais elles veulent que le gouvernement intervienne.

Réduction d’impôt

Concrètement, les commerces belges veulent un système similaire à celui instauré France. Les propriétaires bénéficient d’une réduction d’impôt s’ils exemptent d’au moins un mois de loyer les entreprises de vente au détail. Selon un calcul du journal De Morgen, cela représente un investissement de 480 millions d’euros, rien que pour les loyers. En outre, les entreprises belges ne veulent payer ni retenue à la source ni taxe professionnelle cette année.

Lors du premier lockdown, de nombreuses entreprises ont pu compter sur la bonne volonté de leurs propriétaires. Mais elles craignent que ça ne soit plus le cas cette fois-ci. Le propriétaire de la société immobilière Retail Estates a indiqué à De Morgen qu’il allait y réfléchir.

‘Lors du premier confinement, nous avons déjà exempté de loyer pendant un mois ou plus un grand nombre de nos 624 entreprises. Certaines grandes chaînes ont déjà réalisé 90 % de leur chiffre d’affaires. Je vais me charger d’examiner ce qui est nécessaire pour un certain nombre de secteurs, mais pas pour tous’, a déclaré le CEO de Retail Estates, Jan De Nys.